Après la Grèce, le Québec?

Si le Québec était un pays, il serait le 5e état le plus endetté.
Et pourtant, tout comme les grecs, on ne veut pas faire le ménage, au contraire, on en veux toujours plus, tel une bande de BS qui veut vivre au dépends des autres. Le Québec reçoit un gros chèque de BS de 8 milliards chaque année.

Il y aura toujours des manifestants socialistes et des syndicats qui voudront protéger leurs « acquis », et continuer à s’enfoncer de plus en plus, jusqu’à ce qu’on arrive au bord du gouffre. Tous comme les grecs, on s’est payé collectivement des choses bien au dessus de nos moyens, on est pas assez productifs et on se vautre dans notre paresse collective. Au moindre problème, on réclame l’intervention du gouvernement: le gouvernement doit tout payer, le gouvernement doit soutenir tous le monde pour éviter qu’il perdent un peu du leur niveau de vie, le gouvernement doit maintenir artificiellement en vie des entreprises non rentables, pour « protéger les emplois » etc..

Non, on est pas aussi pire que les grecs. D’autres vont tomber avant nous, mais quand ils vont tomber, on va en ressentir les effets.
Il va falloir se réveiller car une grande crise mondiale risque d’approcher, un réajustement pour tous ces pays qui vivent au dessus de leurs moyens, et il faut être prêt si on veut s’en sortir.

Excellente caricature de Ygreck sur le sujet (cliquez pour visiter son site, il est de loin le meilleur caricaturiste au Québec):

10 commentaires pour Après la Grèce, le Québec?

  1. l'engagé dit :

    Si vous aviez écrit ce billet il y a deux mois, vous auriez eu de bonnes raisons de vous fourvoyer à ce point, l’infirmation était peu disponible.

    D’abord, vous vous référez sans doute à la «source officielle», un article de CANOE, qui se sert principalement de cadres et de pigistes pour faire fonctionner sa salle de presse, du très mauvais journalisme.

    Dire qu’on est le cinquième pays le plus endetté, DANS LE MONDE, ne tient tout simplement pas debout. Cette erreur n’est pas passée inaperçue, ainsi Francis Vailles, dans La Presse du 27 février prend la peine de spécifier qu’il s’agit bien sûr du MONDE INDUSTRIALISÉ.

    On comprend alors que CANOE, QMI ont publié ni plus ni moins qu’une fausseté.

    Vous négligez un travail méthodologique sérieux, une recherche un tant soit peu rigoureuse vous aurait permis de découvrir qu’il y a tout un débat autour des méthodes de calcul et des écarts que provoque l’application des grilles de l’OCDE par entre des pays qui ont eux-mêmes un certain type de disparité.

    Le véritable calcul a été corrigé par l’économiste Louis Gill, ancien prof de l’UQAM, Gill expose avec clarté que notre dette, c’est au total, «125 milliards, ou 41 % du PIB, dix points sous la moyenne de l’OCDE qui était de 51 % le 30 juin 2009.»

    Vous pouvez vous instruire ici : http://www.economieautrement.org/spip.php?article108

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/gill_louis/dette_ontario_selon_OCDE/dette_ontario_selon_OCDE_texte.html

    Vous faites la même chose avec la péréquation, premièrement, c’est un programme fédéral limité à 14,4 milliards, que nous finançons, comme tout programme fédéral, à une hauteur d’environ 20 %, donc oui, on reçoit directement 5 milliards du reste du Canada, mais c’est quoi le budget du Canada déjà? À quelle hauteur contribuons-nous? Quelles sont les compétences du Québec, quels sont les revenus autonomes du Québec? Une fois tous les transferts aux provinces et aux particuliers versés, le fédéral gère ses programmes, que nous finançons, combien donc le fédéral «charge»-t-il le Québec pour l’administration des services qu’il offre dans son champ de compétences exclusives? Environ 20 milliards.

    La structure même de l’administration fédérale doit administrer un programme de péréquation pour pallier les problèmes et les disparités qu’elle génère, mais c’est sa tendance à centraliser qui génère un nombre incroyable de pertes. En privant les provinces de revenus en occupant lui-même un tel espace fiscal, il parait bon prince en offrant gracieusement une compensation.

    Enfin, par personne, seul l’Ontario reçoit moins de péréquation, et il faut aussi comprendre que l’Alberta, avec son financement directement issu des redevances de pétrole se permet un taux d’impôt provincial de à 10 % et aucune taxe. Ce faisant, les entreprises sont fortement incitées à y aller, sans compter que son pétrole augmente la valeur du dollar, ce qui est nuisible pour les industries exportatrices des autres provinces. Vous ne prenez pas la peine d’explorer ces questions et de les mettre véritablement en lien avec notre situation fiscale.

    Il serait beaucoup plus avantageux de cesser de financer l’inutile gouvernement fédéral (50 milliards), que de démembrer notre modèle social-démocrate. D’ailleurs, je croyais que cette nouvelle façon de calculer la péréquation permettait à Harper de dire qu’il avait corriger le déséquilibre fiscal : «À l’approche du budget fédéral, le premier ministre Stephen Harper compte régler le déséquilibre fiscal en procédant à une réforme de la péréquation. Celle-ci pourrait donner 1,5 milliard de dollars de plus au Québec cette année.» source : radio-canada 16 janvier 2007, nouvelles

    Pourquoi ce soudain changement de fusil d’épaule?

  2. «Si le Québec était un pays, il serait le 5e État le plus endetté.»

    Malheureusement pour toi, la réalité est toute autre que ton p’tit calcul simpliste peut le laisser croire!

    Voici le résultat d’une étude beaucoup plus sérieuse qui a été menée par deux chercheurs de l’Université Harvard, Alberto Alesina et Enrico Spolaore : The Size of Nations! Cette étude a été publiée au Massachusetts Institute of Technology Press et elle compte 262 pages. Je t’encourage, fortement, à lire l’article jusqu’au bout.

    «Grâce au libre-échange, l’argument économique contre le souveraineté du Québec ne ferait pas le poids, dans un nouveau référendum, soutient le directeur du Département d’Économie de l’Université Harvard, Alberto Alesina!

    Le fait de participer à une vaste zone de libre-échange permet aux pays de prospérer, à la condition évidente de demeurer très ouverts aux autres économies, dit-il dans une entrevue au Soleil! Ce contexte enlève de la pression au Québec, dans le cadre de l’ALENA.

    Sur un plan strictement économique, soutient monsieur Alesina, il ne serait pas tellement difficile, pour le Québec, de devenir indépendant. Cela peut se faire à un coût très bas pour tout le monde et je ne vois pas pourquoi il ne réussirait pas! La décision est strictement politique et, si le Québec veut se séparer pour des raisons linguistiques, par exemple, l’économie ne sera pas un facteur dans la décision, dit-il! Des petits pays, comme le Danemark, l’Islande ou Singapour, sont prospères, parce qu’ils ont une économie ouverte, ajoute le professeur! Il n’y a aucune raison pour qu’un petit pays ne réussisse pas.»

    http://archives.vigile.net/ds-actu/docs4a/11-16.html

    Tu vois? C’est pour ça qu’aucun souverainiste intelligent n’est assez cave pour sortir le Québec de l’ALENA, une fois que l’indépendance sera promulguée!

    Mais, il est vrai qu’un ménage s’impose dans nos finances publiques et c’est ce que la Grèce et le Québec n’ont jamais eu le courage de faire!!! C’est à la Grèce et au Québec de faire leur ménage, pas aux autres pays de leur payer un bailout pour les «sauver» du désastre!!!

  3. Caligula dit :

    Jean-Luc, excellente réponse à la désinformation chronique des fédés, merci.

  4. Christian Rioux dit :

    @JLP
    c’est pas « mon p’tit calcul »:

    http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=827

    http://www.immigrer.com/tid/97171/pid/1069242

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/201002/26/01-4255828-dette-le-quebec-au-5e-rang-dans-le-monde-industrialise.php

    @Caligula
    La désinformation, tu as prouvé a maintes reprises que tu en faisais souvent, alors s.v.p. modère tes propos. Et aussi c’est pas la première fois que je te demande de cesser d’utiliser les termes « fédé » et « fédéraste ».

  5. Gilles Laplante dit :

    « Des petits pays, comme le Danemark, l’Islande ou Singapour, sont prospères, »

    Le Danemark est un des pays les plus imposés et les plus taxés au monde, l’Islande est aussi sur le bord de la faillite, il ne reste que Singapour et eux ils ne sont pas sur le party. Quand un gouvernement, au Québec, me démontrera qu’il peut administrer sainement, mettre les syndicats et autres groupes de pression à leur place, alors là je voterai pour la séparation. Faire confiance à un politicien c’est comme faire confiance à un voleur pour aller faire un dépôt à la banque à notre place.

  6. Tym Machine dit :

    Entendu à RDI: L’Espagne vient de couper le salaire de tous leurs fonctionnaires de 5% pour se sortir de son marasme économique.

    Ici, au Québec, le PLQ de Jean Charest offre une augmentation de 7% sur 3 ans je crois et ce n’est pas assez pour nos fonctionnaires. Normal, le syndicat en voudra toujours plus, un fou dans une poche, ils ne savent pas calculer eux et s’en foutent que le Québec soit dans le trou, ils poussent même l’insulte sur la population québecoise et par ricochet sur eux-mêmes car eux aussi sont consommateurs et contribuables en poursuivant des gens comme Gilles Proulx qui osent dire qu’ils sont trop gourmands.

    http://tymmachine.blogspot.com/2010/05/eric-duhaime-ladq-et-le-marketing-101.html

    Ici, on préfère blâmer le fédéral parce qu’on se met dans le trou, qu’on est trop dépensiers et qu’on est incapable de couper et réduire la taille de notre état avec le parti du statu quo et de la corruption, le PLQ de Jean Charest.

    Ça me fait penser aux autochtones des réserves, un vrai puits sans fond.

  7. l'engagé dit :

    Tym, le fédéral nous coute 50 MILLIARDS.
    Et il gère des «peanuts» , mais je suis d’accord avec vous, débarrassons-nous du PLQ

    …ET DU FÉDÉRAL, ça serait de l’économie.

  8. Caligula dit :

    Christian, arrête de brailler pour rien. J’utilise fédé comme abréviation. Comme anglo ou franco. Y a pas d’insulte. Fédérastre? J’utilise jamais ce terme.

    Et heu… donne moi donc tes « preuves » de ma désinformation pour voir. Quand je me trompe je le dis sans détour, comme dernièrement avec Iron Maiden.

  9. Caligula dit :

    J’attends toujours les « preuves » de ma désinformation…

    Et aussi je cherche un magasin où ils vendent des toilettes qui valent plus de 2 000$… Pas encore trouvé.🙂

  10. Aimé Laliberté dit :

    Bonjour à tous,

    Il me semble qu’aucun de vos calculs tient compte des dettes futures et prévisibles, comme les rentes futures, les paiements futurs d’assurance-emploi, les paiements de prestations de retraite, les soins médicaux futurs, etc.., tous des passifs qui doivent être inclus au bilan, et qui augmentent l’endettement d’autant.

    Par ailleurs, la question de l’endetement total n’est qu’un élément. Il faut aussi se demander à qui profite les dépenses public. Est-ce principalement au public ou à une petite clique de dirigeants et d’amis du parti au pouvoir?

    Finalement, tenter d’évaluer la dette totale du Québec, sans même questionner la légitimité même de la dette, c.-à-d, de l’intérêt sur de l’argent (du crédit) prêté qui n’existe pas par une institution (Banque du Canada, Banques à chartes) contrôlée par des intérêts étrangers, le tout, en contravention de l’AANB qui est supposé être la constitution de ce pseudo pays, vous éloigne de la solution et contribue à maintenir l’illusion d’un système légitime.

    Bonne journée à tous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :