Jour de la terre

Quelle connerie ce jour de la terre! Une autre activité de propagande des groupes écolo-religieux pour vous rendre coupable, vous faire peur et surtout vous soutirer de l’argent.

« Il faut sauver la planète », « La planète se meurt » alors faisons une danse pour la planète, une marche pour la l’eau, un chant pour les rivières! Donnez-nous votre cash, nous allons planter un arbre en votre nom pour expier vos péchés contre Gaïa, mère nature.

Ca suffit! Depuis des centaines de millions d’années, la planète a survécu à des cataclysmes incroyables, des ères glaciaires majeures tellement que la terre était gelée jusqu’à l’équateur, un « sursaut Gamma » (Gamma Ray burst) rayonnement cosmique qui a détruit presque toute vie sur la terre il y a quelques centaines de millions d’années, des météorites dont celle qui a tué tous les dinosaures il y a 65 millions d’années, et pourtant LA VIE CONTINUE. Alors c’est pas un peu de gaz carbonique (que vous produisez en respirant et qui est nécessaire à la vie des plantes) qui va mettre en danger la planète.

En plus, comme j’en ai parlé souvent, il n’y a pas de preuve de réchauffement, il y aurait même un léger refroidissement depuis 1995. Et même s’il y avait un léger réchauffement, ça serait probablement normal parce que nous sortons tout juste d’une petite ère glaciaire, et que quelques centaines d’années avant (medieval optimum), les températures étaient beaucoup plus élevées, au point ou le Groenland n’était pas recouvert de glace et colonisé par les vikings.

HoloOptimums_lg

15 commentaires pour Jour de la terre

  1. Poukoi dit :

    J’aime lorsque je discute avec quelqu’un qui ouvre le sujet de conversation du réchauffement climatique. La « convaincu personne » le fait probablement à cause qu’il s’agit d’un sujet qui demeure toujours d’actualité pour des raisons obscures…

    D’ailleurs je soupçonne que ce sont pour les mêmes raisons obscures que Daniel Boucher fait des annonces pourrr « le jour de la terrrrrrre ».

    J’adore apporter l’argument que le Groenland tient son nom de Green Land Comme on l’a tous apprit au secondaire (voir peut-être même au primaire) juste pour voir la face de mon interlocuteur.

    Dans sa tête, il semble se produire un : Je le sais…Mais ! Heu. Pourquoi la télé dit que…hum… Oui mais…non hum….

    L’éveil du brainwasher. Néo qui comprend la matrice !

  2. Tym Machine dit :

    Mais la meilleure, c’est que les entreprises soi-disant capitalistes prennent elles aussi le virage vert…au dépend du CONsommateur.

    Rappelons-nous l’an dernier où les supermarchés, épiceries et autres se sont donnés le mot pour commencer à nous charger 5 sous par sac d’épicerie au nom de l’écologie?

    Et avant, ils coûtaient rien vos sacs? Vous avez abaissés vos profits en conséquence pour refléter ce changement utilisateur-payeur? Mais non voyons.

    Et nous, avons-nous une poignée dans le dos?

  3. Sam dit :

    C’est certain que le 5¢ va directement dans leurs poches. Cependant, ça fait maintenant 1 an que je vais à l’épicerie et jamais je n’ai eu besoin de sac à 5¢, des sacs réutilisables ils en donnent partout alors le CONsommateur qui perd 5¢ à chaque fois est juste CON.

  4. l'engagé dit :

    C’est un peu curieux comme commentaire, c’est certain qu’il y a un peu d’approche «bébélala» dans le vocabulaire et dans l’approche infantilisante pour sensibiliser la population aux enjeux environnementaux, c’est certain que certains hypocrites profitent de la mauvaise foi pour s’enrichir par le biais de mesures écologiques bidon, mais dans l’ensemble, le raisonnement de la sauvegarde de l’environnement est cohérent.

    Bien sûr que la vie sur terre pourra continuer même si l’homme a détruit suffisamment les écosystèmes pour que ces derniers ne soient plus en mesure de lui offrir un environnement où il puisse s’épanouir. Le gaspillage des ressources non renouvelables, le pillage des réservoir de ressources renouvelables sans tenir compte des capacités de régénération, la disparition des zones tampons, c’est-à-dire des filtres naturels, la pollution de l’air, des sols et de l’eau, le gaspillage de l’eau, qui accroit la désertification, font tranquillement disparaitre les zones viables POUR L’HOMME…

    Donc même si vous vous moquez de la biodiversité, il est évident que nous soumettons notre «milieu» à d’énormes pressions. Cette pollution participe à la création de cancers et différente maladies environnementales et surtout, en faisant disparaitre les ressources, augmente la compétition et au final, pourra causer des guerres.

    En clair, le refus de changer nos habitudes a des conséquences que nous refusons simplement de voir, sans doute par paresse et par crainte de sacrifier notre confort, mais ce refus participe de la dégradation de notre milieu, dont nous dépendons pourtant, dégradation qui nous obligera à faire plus bientôt plus d’efforts et à payer plus chers pour les mêmes biens.

    Il est plus facile de maintenir un écosystème en santé que de le réparer lorsqu’on l’a handicapé, tout comme il est plus facile de se maintenir en santé que de le redevenir lorsque l’on est malade, il faut moins d’effort pour rester mince, que de dépense pour le devenir lorsqu’on est gros…

    Ce sont des comparaisons faciles, mais l’ouragan Floyd a vidé les lagons des superporcheries. «Les terrains entourant les exploitations ne sont plus assez vastes pour recycler les déjections porcines annuelles. Comme l’épuration est compliquée et chère, l’industrie a préféré opter pour le lagon, qui 10.000 m² pour 9 m de profondeur. Ils sont remplis jusqu’à la gorge, ensuite on en creuse d’autres. Le mélange parfumé, d’une couleur rose est constitué d’excréments, d’urine, de sang, de cadavres de porcs et porcelets et de millions de bactéries.

    Avant d’empoisonner l’air, l’eau et la terre, le liquide visqueux est récupéré sous la porcherie, dont le sol est constitué de traverses de métal espacées qui laissent passer les déchets mais aussi les cadavres des porcelets écrasés sous le poids des truies,

    Beaucoup plus toxique que du simple purin, cette épaisse mixture rose et visqueuse contient, entres autres, du monoxyde de carbone, du phosphore, du cyanure, du sulfure d’hydrogène, du méthane, de l’ammoniaque et des nitrates, une centaine d’agents patho­gènes microbiens tels la salmonelle. Un seul petit gramme de la substance des lagons peut contenir jusqu’à 100 millions de bactéries coliformes, qui une fois introduites dans l’eau potable, peuvent transmettre le choléra»

    Je continue?

    «n 1990, l’ouragan Floyd a causé une catastrophe écologique 2 fois plus importante que celle de l’Exxon Valdez: les éléments déchaînés ont entraîné 500.000 millions de litres d’excréments dans les rivières de la Louisiane. La vie aquatique ne s’en est pas encore remise: 15 ans après,10 millions de poissons ont disparu, l’eau est impropre à la consommation et dangereuse pour la baignade.

    Pour Smithfield Foods, propriétaire des lagons, cet ouragan a été une véritable bénédiction: l’ouragan a vidé les lagons et il n’a pas été nécessaire d’en creuser d’autres .Numéro 1 du porc aux USA et société la plus polluante des USA, selon l’Environne­mental Protection Agency, Smithfield Foods a commis plus de 6.000 infractions aux codes protégeant l’environnement, parmi lesquelles 64 sont devenues des amendes dont le coût ridicule fait sourire Joseph Luter lll, le propriétaire de l’entreprise.

    C’est que le succès financier de la compagnie lui permet de contribuer aux campagnes de certains candidats aux élections, qui sont fort opportuné­ment opposés à toute régulation handicapant l’industrie animale, ou bien d’organiser des campagnes contres les candidats anti-porcs.»

    source TOXIC de William Reymond et le site BANC PUBLIC.

    Il est clair qu’il y a toujours eu des ouragans, mais notre mépris pour l’environnement peut NOUS causer un grave préjudice. Nous sensibiliser à cet effet, c’est à cela que servent les actions et les groupes écologistes.

    Faut croire qu’on n’a pas encore la bonne méthode, c’est au moins la preuve que certains ont la chance de ne pas vivre dans des environnements justement atteints par ce type de pollution, mais quand c’est le cas, il est souvent trop tard. D’où l’importance d’agir. C’est plutôt rationnel comme prudence, c’est le contraire de cette attitude qui me semble dogmatique.

  5. Christian Rioux dit :

    Si vous aviez bien lu mes billets précédent, il faut faire la différence entre combattre la pollution et le gaspillage et la destruction des habitats, et d’un autre côté combattre le pseudo-réchauffement climatique causé par l’homme et son méchant CO2. On entend seulement parler du second.

  6. l'engagé dit :

    J’ai, comme vous le savez, bien lu vos billets précédents, c’est vous qui amalgamez la question du jour de la terre, particulièrement l’édition actuelle :

    «La thématique biennale 2010-2011 du Jour de la Terre rejoint les objectifs de l’Année internationale de la diversité biologique qui sont de reconnaître l’importance de la biodiversité pour la vie sur Terre et de réfléchir sur nos accomplissements et nos efforts pour préserver la biodiversité.

    Dans l’urgence d’agir maintenant, le Jour de la Terre axe sa thématique sur la biodiversité à différentes échelles : la maison, la ville, la province, le pays et le monde. Des propositions d’actions concrètes pour favoriser le maintien de la diversité biologique sont mises de l’avant pour chacune des échelles.»

    source :Site web officiel du Jour de la Terre

    Comparons avec vos mots : «Quelle connerie ce jour de la terre! Une autre activité de propagande des groupes écolo-religieux pour vous rendre coupable, vous faire peur et surtout vous soutirer de l’argent.»

    Vous profitez de l’occasion du Jour de la Terre pour continuer à diffuser vos positions connues, rien de plus normal, on vous connait, mais vous commencez par une attaque gratuite qui ne montre pas que vous comprenez les enjeux liés à la dégradation de l’environnement, de la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles.

    En refusant de contextualiser votre propos et de nuancer, en évitant de séparer ce contre quoi vous êtes septique et la cause environnementale en général, vous accumuler votre mépris pour la cause écologiste en général.

    Appeler votre blogue «politiquement incorrect» n’épargne en rien la nécessité d’être rigoureux, cohérent et pertinent. Vous ne pouvez nier l’amalgame que vous avez maladroitement construit. C’est dans le but de redresser ce genre de dérive que je me permets constamment de d’écrire ici.

    Enfin, je m’explique mal votre acharnement contre les verts, contre la gauche , contre certaines institutions alors que ces groupes ne sont responsables que D’UN FRAGMENT des problèmes auxquels nous devons faire face. Je vous lis depuis un bon moment et vous cherchez à démasquer le mensonge, la magouille, mais on dirait que vous vous plaignez sans cesse pour des broutilles, sans voir la fange sur laquelle repose la butte d’où vous observez l’actualité.

    Pour faire une autre analogie, c’est comme si vous militiez contre un propriétaire canin qui laisse son chien chier partout, sans attaquer la porcherie dans votre cour arrière qui déverse son purin dans la rivière.

    Avant d’attaquer les écolo-religieux, oseriez-vous faire le procès à deux ou trois entreprises qui nous mettent vraiment dans la mélasse? Vous pourriez nous dire quel genre de combat ou de mesure vraiment salutaire pour l’environnement vous faites et qui font, en comparaison, paraitre inutile l’agitation pour lutter contre les émissions de C02, agitation que vous êtes si prompt à critiquer.

    Un peu de cohérence donc…

  7. Poukoi dit :

    Bon bon bon…

    L’information sur la pollution causée par l’industrie animale est souvent diffusée par des gens qui milite pour le végétarisme comme George Laraque. Mais peu importe, ce qui en découle c’est de la pression pour que l’industrie soit plus réglementée et parfois pour des raisons exagérées comme l’histoire de la maltraitance porcine que le gros ancien joueur pas bon du Canadien a raconté à Tout le monde en parle. Donc la finale n’est que ; baisse de profit pour une méchante industrie riche qui n’a pas le droit de faire plus de sous au Québec.

    Parenthèse : Le Québec est fortement composé d’agriculteur. C’est gens et leurs familles (parce que OUI c’est du monde et pas des caves consanguins) dépendent de l’appétit des cochons et des poules pour vivre. Et ne me parler pas de culture alternative, elle existe et le marché est saturé. Donc l’étendu du marché agricole est complet et l’économie de plusieurs régions en dépend. Etre végétarien c’est favoriser la pauvreté.

    La pollution due à l’avènement des objets utilitaires à usage unique comme les sac plastiques, les emballages excessifs des jouets, les Q-tips, les bouteilles de plastique de centaines de variétés de produits etc. est triste tel que l’a démontré le reportage de découverte sur « la mer de plastique » mais…

    Nous sommes aujourd’hui embarqué dans un pattern économique où il est maintenant devenu impossible, voire même idiot de revenir en arrière. Si nous utilisons nos sacs réutilisables, emballons nos jouets dans des baluchons, revenons à la bouteille de verre tout en diminuant les incitatifs de surconsommation en nous lavant les oreilles avec des débarbouillettes le résultat sera catastrophique.
    Nos coût de production seront élevé, notre économie stagnera puis s’affaiblira et la Chine s’enrichira de plus en plus en riant à la puissance 10 devant l’écart de leurs prix de vente face aux nôtres.
    Les lobbyiste et les propagandistes verts s’attaque sans cesse au problème de la pollution en sachant très bien qu’il demeurera. Comme le PQ qui s’appuie sur l’utopie de la souveraineté pour justifier son existence, ceux-ci s’appuient sur le rêve d’un monde vert à l’économie inchangé pour clamer leurs idées et profiter du gouvernement.
    Je suis de ceux qui prônent la recherche de solution. Raffinons nos méthodes de triage et de recyclage. Transformons la « dernière vie » d’un élément recyclé en énergie. Investissons dans des études et des solutions au lieu d’investir dans des putin de pubs pédagogiques et infantilisantes.

    Les gens qui avalent toute ces conneries vives dans une émission de passe-partout et ne mesure l’impact de l’écologie que sur une échelle de conformité de leur propos avec ce qui est proposé.

    Je n’aime pas être pollueur et serait fier de faire partit d’une société qui gère ses déchets. Mais je refuse de me faire polluer la tête à grand coup d’étude biaisée anti CO2. C’est à croire que Steven Guilbault travaille sur un bouchon à volcan géant pour empêcher la terre de régularisée sa température seule.

  8. Le Jour de la Terre a comme utilité le fait de nous rappeler que nous n’avons qu’une seule planète et que nous devons agir en conséquence. Je me souviens qu’au secondaire, à chaque Jour de la Terre, on nous donnait un arbre qu’il fallait planter dans notre jardin tout en se faisant rappeler que lorsqu’on plante un arbre, on améliore la qualité de vie de notre planète (les arbres sont les poumons de la Terre).

    C’est le côté utile de cette journée qui a malheureusement été récupérée par toutes sortes de lobbys environnementeurs tous aussi catastrophistes et démagogiques les uns que les autres. Mes Jours de la Terre d’antan s’adressaient à notre intelligence. Maintenant, cette journée s’adresse aux émotions les plus primaires des gens avec des faits truqués et parfois invérifiables.

    «Merci» aux environnementeurs!

    Le plus triste, c’est qu’il y a plusieurs élèves qui gobent la démagogie des environnementeurs. C’est l’équivalent de la récupération du massacre de la Polytechnique par les fémi-fascistes, dans le fond.

  9. YvesPelletier dit :

    Deux liens intéressants (an anglais, désolé!) pour voir ce qu’on disait il y a 40 ans au Jour de la Terre…

    La cause est différente, mais la vision apocalyptique demeure, partie intégrante du mouvement religieux vert:

    http://www.climate-skeptic.com/2010/04/some-thoughts-from-the-original-earth-day.html

    http://reason.com/archives/2000/05/01/earth-day-then-and-now

  10. l'engagé dit :

    Les conséquences des problèmes environnementaux actuels sont réels, il ne s’agit pas de catastrophes anticipées, je me moque bien de ce que peuvent dire ou faire des joueurs du Canadien, je lis les synthèses des études disponibles :

    «Le programme national de toxicologie des É.-U. a également identifié certains ingrédients actifs des pesticides comme pouvant être « raisonnablement soupçonnés d’être carcinogènes pour les humains » (c’est-à-dire susceptibles de provoquer le cancer). Ces évaluations viennent étayer la thèse selon laquelle certains pesticides posséderaient des propriétés carcinogènes.»

    Source : Société canadienne du cancer

    «Des études expérimentales et épidémiologiques indiquent que divers types de cancer pourraient être associés à l’exposition à des pesticides, par exemple le cancer du cerveau et des tissus lymphatiques, ainsi que la leucémie. Une étude réalisée en 1989 (Godon et autres, 1989), notamment, fait ressortir des associations statistiquement significatives entre les variations géographiques de ces cancers et celles de l’utilisation des pesticides en agriculture dans 34 bassins hydrographiques, ainsi que des excès significatifs de risque pour ces mêmes cancers dans des bassins très exposés aux pesticides (bassins de Châteauguay, de Richelieu, de Yamaska, de Nicolet et de L’Assomption).

    On soupçonne aussi des pesticides d’être responsables de certains troubles de la grossesse, de la reproduction et du développement, notamment : malformations congénitales, avortement, naissance avant terme et retard de développement (Bourque et autres, 1996). Une étude sur la santé des familles d’agriculteurs en Ontario a d’ailleurs analysé les associations entre l’exposition des hommes aux pesticides et l’issue des grossesses de leur conjointe. On y indique qu’il pourrait y avoir un lien entre l’exposition de l’humain aux pesticides et les fausses couches et naissances prématurées (Santé Canada, 1998).»

    source : Synthèse des informations environnementales disponibles en matière agricole au Québec, irection des politiques du secteur agricole Ministère de l’Environnement Avril 2003.

    Notre système économique repose sur un consensus relativement abstrait que la grande majorité (moi y compris) ne comprend pas, depuis Kant et les Lumières, nous sommes libres de penser par nous-mêmes, quand une pratique agricole répond à des impératifs économiques au point d’en devenir toxique, nous avons le droit de revisiter notre adhésions envers ces principes et d’en choisir de plus adaptés.

    Les agriculteurs n’ont certainement pas envie que la santé financière de leur industrie soit corrélée aux maladies de la population.

    Nous avons des études grâce aux groupes de pression écologistes qui ont su suffisamment provoquer l’opinion publique pour que cette dernière oblige le gouvernement à produire des études, lesquelles fournissent les données pour nous protéger.

    Il faut plutôt regarder la lorgnette par l’autre bout, il est anormal que nous ayons besoin de «journée de la terre pour nous sensibiliser», c’est bien la preuve que l’industrie, laissée à elle-même ne travaille pas pour le bien commun mais pour son seul profit, lesquels buts sont parfois incompatibles, il est donc normal d’exiger de l’État une protection, laquelle ne peut être obtenue qu’avec des citoyens alertes.

    Les petites journées consacrées à ce genre de cause, malgré les raccourcis, sont une occasion d’instruire de tels citoyens.

  11. Manx dit :

    Je ne sais pas ce que vous faites pour le jour de la Terre, mais si vous vous limitez aux émissions de CO2, c’est ennuyeux… De notre côté, l’Ordre des Ingénieurs a organisé un événement pour le Jour de la Terre. On a parlé de:
    -phytorémédiation
    -sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest
    -de traitement de l’eau
    -de produits de nettoyage à réputation internationale spécialisés dans l’utilisation d’extraits de fines herbes et de microbes
    -d’efficacité énergétique
    -d’éco-gestion (les plans d’urgence en cas de scénarios catastrophe dans une entreprise)
    -d’investissement responsable

    On a fini avec une conférence sur l’innovation qu’a entraîné l’acceptation internationale du changement climatique; comment cela a permis aux sociétés d’avancer et comment on peut faire pour continuer à profiter du défi de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre. Et non, ce n’est pas reconnu qu’il y ait un refroidissement depuis 1995.

    En gros, arrêtez de basher sur le Jour de la Terre; il y a des événements pour tout le monde, même ceux qui ont pour dogme l’anti-changement climatique. Au lieu d’en profiter pour basher sur ceux qui y font confiance en toute bonne foi (comme toi, Christian), profite-en pour te concentrer sur les autres choses intéressantes dans le mouvement environnemental, comme le fait que l’objectif principal du mouvement environnemental est d’améliorer la santé humaine (même chez ces « réchauffistes »). Juste une fois par année

  12. C’est quand la dernière fois que vous avez entendu les groupes écolo-religieux parler d’autre chose que de changement climatique?

    Je serait le premier à s’en réjouir s’ils parlant de problèmes réels, mais sauf qu’ils vont ou il y a du cash à faire. Monseigneur Guilbeaut ne se serait pas fait construire un palace écolo en chialant contre la pollution.

  13. l'engagé dit :

    Cette nouvelle-là, ça vous convient?

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/287245/sables-bitumineux-une-plainte-contre-ottawa-est-deposee-a-la-commission-de-cooperation-environnementale

    le mouvement ne s’intéresse pas aux sables bitumineux à cause des rejets de GES, mais bien aux rejets toxiques et à leur impact sur la contamination de l’air, de l’eau et des sols. Et pour votre information, les films que je ne cesse de vous recommander : «Food Inc.» et «Le monde selon Monanto» sont tous deux sortis en 2008 alors que le Film de Gore est sorti en 2006, année où un autre film avait également été produit «WHo killed the electric car?», une enquête très complète sur les dessous des manipulations des pétrolières et de GM.

    Quant aux groupes de pression à proprement parlé, je sais que Greenpeace mène une campagne pour inciter les supermarchés à retirer de leurs tablettes les poissons visés par la liste rouge des espèces menacées. Le mouvement fait aussi une grande campagne contre NESTLÉ, qui contrairement aux autres CIES, refuse de cesser de s’approvisionner en huile de palme produite par des pratiques qui menacent les orang-outans.

  14. HAHA bon billet…rien de nouveau toutefois. Ici, en 1992, le visionnaire, la légende, George Carlin, s’emporte sur le même sujet…mais vous connaissiez déjà, sûrement.

    Remarquez la chute…quel humoriste!!

  15. @Manx
    Le problème avec le « jour de la terre » c’est qu’il est un évènement de propagande du discours écolo-religieux. Les gens y dansent, marchent, font des cérémonies (religieuses), mais peu de gens font des choses concrètes ou cherchent vraiment des solutions.

    Bravo si vous tentez de trouver des technologies pour limiter la pollution, ou rendre plus efficace ou économiques certaines technologies, mais si vous tentez de trouver des solutions pour limiter le CO2 en pensant contrer le réchauffement causé par l’homme, vous perdez votre temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :