Pensée

On risque moins à annoncer une catastrophe qu’une bonne chose car en cas d’erreur on pourra toujours arguer de ce que la catastrophe a été évitée grâce à ceux qui l’avaient annoncée.

Ça ne vous rappelle pas le discours de certains?

Source:La religion de la catastrophe

Publicités

One Response to Pensée

  1. En voici une autre, trouvé via http://www.rechauffementmediatique.org

    James Lovelock, père de la téhorie Gaïa et considéré par plusieurs comme l’un des pères de l’environnementalisme, change son fusil d’épaule. Lui qui jusqu’à récemment tenait des propos très alarmistes en lien au réchauffement, comme celui-ci, au journal The Independant (2006):

    des milliards d’entre nous périront et quelques rares couples d’humains reproducteurs survivront seulement en Arctique où le climat sera tolérable

    Voilà qu’à la fin mars 2010, au journal Gardian, il se fait beaucoup plus critique de la science, en particulier celle du climat, dont ce passage :

    Nous avons vraiment besoin de scepticisme sur les prédictions de ce qui va arriver au climat dans 50 ans, ou quoi que ce soit. C’est tout fait naïf, scientifiquement parlant, de penser que nous pouvons fournir des prédictions relativement précises sur le climat du futur. Il y a tant d’inconnues qu’il est absurde de le faire.

%d blogueurs aiment cette page :