Écolo-chialeux contre le développement pétrolier en Gaspésie

IMG_1502 (Medium)
J’ai déjà écrit quelques billets dans le passé contre des chialeux qui en avaient contre les éoliennes en Gaspésie, parce que « ça faisait fuir les touristes et polluait le paysage ». (voir ici) Maintenant, il y a un minuscule groupe qui en a contre le développement pétrolier.
Sur le site web de Radio-Gaspésie: http://www.radiogaspesie.ca/?id=19&titre=Actualite_regionale&em=39&artid=770

3 mars 2010
Le développement pétrolier inquiète des citoyens
Un groupe de citoyens s’inquiètent des travaux de recherche de pétrole par la compagnie Pétrolia. Neuf citoyens de la région de Douglastown ont signé une lettre ouverte dans le quotidien Le Soleil. Ils réclament un débat concernant toute l’industrie pétrolière en Gaspésie.
Le groupe de citoyens affirme que la compagnie a débuté ses travaux sans aucune réflexion concernant la pertinence de l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz en Gaspésie. Selon eux, ce genre d’industrie peut avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie des gens qui résident à proximité des zones exploitées de même que sur toute l’industrie touristique.

Le groupe de citoyens réclame donc un débat public pour encadrer le développement de cette industrie en Gaspésie. Il s’oppose aussi à ce que Pétrolia obtienne un congé de redevances.

Pétrolia est active en Gaspésie depuis quelques années déjà et elle détient des concessions sur l’ensemble du territoire.

En 2005, elle a foré le puit Haldimand et l’an dernier un puits a été foré à Tar Point. La compagnie a réussi à extirper quelques barils de pétrole.

C’est quoi cette idée de mettre des bâtons dans les roues du développement de la richesse? Il y a un exode massif des jeunes vers les grands centres, non pas parce qu’ils ne veulent pas rester, mais bien parce qu’il n’y a pas assez d’emplois. Le développement pétrolier apporte des emplois bien payés, et apporte de la richesse dans un région qui en a bien besoin. En plus, il ne s’agit pas de « quelques barils de pétrole », mais de gisements importants et rentables. En plus, il s’agit de pétrole très clair et liquide, à l’opposé des sables bitumineux. Donc du pétrole « propre », comme en Arabie.

Lâchez-moi avec les touristes, ils vont continuer à venir en Gaspésie quand même. Il n’y a pas de puits de pétrole sur le bord de la plage! Le tourisme ne fait vivre qu’une petite partie de la population, et ça prend plus que ça pour revitaliser notre région.

Quant à la réaction écolo, elle est disproportionnée. Les puits sont déjà en fonction et sont en retrait dans la forêt. On ne les voit pas. Et on n’est plus dans les années 50. Les compagnies doivent respecter des lois sur la protection de l’environnement.

Je suis prêt à parier que les 9 personnes qui s’opposent au développement ont des emplois syndiqués avec sécurité d’emploi, ou alors sont à la retraite. Ils s’en foutent des emplois pour les jeunes dans ce temps-là.

Vous êtes pas tannés de vivre comme des quêteux? Le Canada envoie au Québec 8 milliards par an en péréquation. Argent qui provient des profits du pétrole de l’Alberta.
queteux

11 commentaires pour Écolo-chialeux contre le développement pétrolier en Gaspésie

  1. B. Vallée dit :

    Encore un « groupe de citoyens » qui fait des siennes…

    Le mot « citoyen », aujourd’hui, est devenu synonyme d’emmerdeur !

    Et qu’est-ce que ça réclame, des emmerdeurs ? Un débat public, bien sûr !

  2. l'engagé dit :

    Nuance, la péréquation c’est une redistribution des revenus, redistribution calculée en fonction des écarts à la moyenne, certes entre provinces dites pauvre et provinces riches, mais la péréquation est une dépense fédérale comme une autre, sur les 280,5 milliards que le fédéral dépense, la différence c’est que ce n’est pas toutes les provinces qui touchent cette péréquation. D’où cette impression que les provinces riches «financent» les provinces pauvres.

    Toutefois, le Québec, avec sa population et son économie, participe aux 231 milliards de revenus du gouvernement fédéral. Dans quelle mesure exactement, je ne saurais le dire, mais il est intéressant de voir que seulement avec ses revenus autonomes, Québec, pour ses propres budgets arrive à chercher pas loin de 46 milliards. Québec reçoit certes 8,5 milliards de péréquation et 6,5 milliards pour les autres transferts (santé, enseignement et programme sociaux), mais ils s’agit simplement d’une redistribution d’impôts et de taxes qu’Ottawa perçoit et pour lesquels il n’offre pas de service. N’oubliez-pas qu’il y a de surcroit des frais pour ce dédoublement et pour l’administration de ces argents.

    Une analyse grossière du dernier budget montre que le fonctionnement des ministères, des société d’État et les programmes gouvernementaux coute 98,8 milliards aux Canadien! On parle là de programme qui excluent, du moins pour le Québec, l’exercice de nos compétences provinciales propres. 98,8 milliards!

    Là dessus, un bon 20 milliards, ou soyons prudent, 15 milliards doit bien provenir du Québec, Québec arrive pourtant à gérer les programmes les plus difficiles et les plus couteux : la santé et l’éducation, à travers son minuscule budget de 68 milliards, santé et éducation représentent 75% des dépenses.

    Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’Ottawa gère bien des ministères et des compétences mineures et que sa gestion des dernières est extrêmement coûteuse et lourde. Les Québécois, comme les autres Canadiens, gèrent des services essentiels et couteux, il est normal, que finançant le gouvernement fédéral par le biais de leurs impôts fédéraux et de la TPS, qu’ils recoivent une ponction de cet argents pour financer leurs propres programmes.

    On touche donc de la péréquation, mais pas parce qu’on est «BS», mais parce que c’est une des façon de rectifier le partage inéquitables des revenus entre le fédéral et le provincial eu égard à leurs compétence. Une correction à la source serait bien plus utile et plus juste, la formule actuelle a le désavantage de «mousser» les vertus du fédéralisme, alors qu’il est fiscalement au désavantage des provinces et de leur autonomie.

  3. Caligula dit :

    Donc les citoyens devraient fermer leur gueule devant le pouvoir… C’est beau la droite. La loi et l’ordre, et fuck le droit à la subvertion.

  4. Christian Rioux dit :

    @Caligula
    A force de chialer et manifester pour tout et pour rien, comme la récente manif « anti-olympiques », ou alors les syndiqués bien gras qui en veulent toujours plus, la manifestation perd tout son poids et toute sa crédibilité.

  5. l'engagé dit :

    L’organisation et la tenue des jeux a profondément affecté la vie communautaire et a fait grimper exponentiellement le cout de la vie à Vancouver. Les retombées économiques, certes importantes, n’aideront pas à soulager l’exclusion et la répression sociales que lesdits jeux ont provoquées.

    Une partie des gens qui ont manifesté l’ont fait précisément pour témoigner de cette étrange contradiction.

    Quant aux syndiqués bien gras, je présume que vous parlez des employés de la fonction publique québécoise, lesquels sont essentiels, on parle là autant des profs que, par exemple des ingénieurs (lesquels ne sont pas assez nombreux pour satisfaire aux inspections de nos routes, ponts et viaducs, que réalise mal notre très corrompue industrie de la construction), ils sont essentiels et si l’écart entre l’Ontario et le privé continue de se creuser, vous n’aurez tout simplement plus de bons candidats pour les postes à pourvoir dans la fonction publique, ce qui ne peut que compromettre la qualité des services. Les syndiqués demandent des augmentations de manière à simplement arriver à un rattrapage, le décret de 2005 ayant fait très mal.

    Je termine en nous rappelant que derrière le fait «qu’ils en veulent toujours plus», il y a la nécessité de léguer des acquis aux générations futures, la syndicalisation ne doit pas seulement avoir été à l’avantage d’une seule génération. N’oublions pas que c’est l’ensemble des travailleurs québécois qui en bénéficie lorsque les travailleurs syndiqués remportent un gain. La lutte contre l’évasion fiscale, l’imposition d’un palier d’impôts supplémentaire, une hausse des tarifs pour les gros consommateurs d’électricité, des taxes supplémentaires sur la malbouffe sont de meilleures et plus équitables façons de ramener l’équilibre budgétaire si c’est ce qui vous inquiète.

  6. B. Vallée dit :

    à Caligugula

    Je vous cite : « … et fuck le droit à la subvertion. »

    Euh… « Subversion » s’écrit avec un «S ». « Subvertion » ressemble drôlement à « subvention »…

    Ce qui m’inspire ce petit jeu de mots :
    on subvient trop souvent malgré soi aux besoins des pseudo-subversifs…

  7. PL dit :

    N’étant ni syndiqué, ni gros, ni gras, je suis bien content que les gens se posent des questions sur le développement pétrolier ainsi que sur les possibilités d’exploitation du gaz de schiste sur la terre gaspésienne. Pendant longtemps, l’industrie forestière à eu en cadeau année après année des centaines de milliers d’hectare de zone de coupe sans penser aux conséquences de cette destruction intensive. Pour le pétrole ainsi que pour le gaz, au Québec, encore une fois les entreprise se partage petit à petit le territoire pour des redevances dérisoires comparativement à l’ouest par exemple. La Gaspésie est déjà quadrillée en zonage de permis d’exploitation et je me fous complètement des gens qui ne pense qu’à l’économie à outrance et qui tombe dans la petite mode de critiquer les écologistes. J’espère une révolution si des puits de pétrole commence à s’établir un peu partout. Ça commence par un, deux, trois, quatre, cinq…. Au moins, si le pétrole était une ressource géré par un gouvernement international (ONU, OTAN, etc.) et que les revenus étaient redistribués pour des causes environnementales ou humanitaires… Cette ressource enrichie encore une trop petite proportion de gens qui font des fortunes incroyables.
    Justement, des jeunes reviennent dans la région en raison de son caractère naturel et propre. Malheureusement, c’est peut-être inévitable, les compagnies doivent déjà saliver quand elles entendent les gens: »On veut des jobs!!! ».

    Pauvres enfants dans 10-20-30-40-50 ans…

  8. @PL

    Le gaz de schiste c’est pas ici. C’est du pétrole qu’on a ici.

    Il y a beaucoup de jeunes avec de bon salaires qui sont justement revenus en région grâce au développement pétrolier.

    Si t’as pas de job, tu as le choix d’aller en ville ou être sur le B.S. Je connais pas personne qui est revenu en région sans avoir de job.

    L’OTAN est un pacte militaire d’autodéfense. L’ONU est un ramassis de politicailleux qui ne cherchent qu’à profiter de leur poste de pouvoir. C’est quoi le rapport avec le pétrole? On est en plein cauchemar socialiste/communiste! De toute façon, depuis quand le gouvernement est capable de gérer une ressource? ils sont tous le temps dans le trou, tout coûte plus cher quand le gouvernement s’en mêle. Le pétrole coûterais bien 5$ du litre.

    Petite leçon d’économie: les gens qui s’enrichissent avec le pétrole c’est presque tout le monde. Ceux qui ont des emplois, ceux qui ont des actions, et tout ceux qui ont un fonds de pension, parce que les gestionnaires de fonds investissent là dedans parce que c’est PAYANT. Sans compter le gouvernement, (donc nous tous), parce cette richesse va éviter de creuser encore plus le déficit, ou éviter de couper certains programmes.

    Et la « mode » actuelle, c’est plutôt de chialer et manifester pour tout et pour rien, sans même connaitre les enjeux, comme ce que font les écolos dans ces dossiers.

    Pour ton information, il y a déjà des puits de pétrole en fonction en Gaspésie. Est-ce que tu les a vus? Est-ce que la Gaspésie est « sale »?
    NON, et ça a permis la création d’emplois bien payés qui ont ramenés des jeunes en région.

    Et j’ai pas envie que la Gaspésie devienne un grand territoire parsemé de foyer pour personne âgées, et puis ferme quand ils seront morts. Ca prend des emplois pour attirer les jeunes, autre que préposé à changer les couches dans un foyer.

  9. l'engagé dit :

    Est-ce que vous raffinez le pétrole sur place? Combien d’emploi permanent par rapport à l’investissement, combien de redevance pour le gouvernement?

    Nous aurions au contraire intérêt, écolo ou non à nous inspirer de la Norvège, le seul pays ou l’exploitation pétrolière ne vire pas au désastre. Pour ça, il faut de l’information transparente et quand on l’obtient -je vous encourage à lire «Pétrole Brut» de Peter Maas à cet effet- on pense justement comme PL.

    Avez-vous fini par lire Tar Sand? Si oui, vous comprenez à quel point le développement des sables bitumineux est absurde et couteux . Un état pétrolier devient plus autoritaire, limite l’accès à l’information et méprise de plus en plus les citoyens, en se mettant à la solde des pétrolière. Si vous ne l’avez pas lu, comment pouvez-vous taxer les écolos de mal informés?

    Je suis informé quant à la question du pétrole et du gaz et j’arrive à la même conclusion que ces «écolos» : dans le contexte actuel, exploiter les ressources pétrolières, minières ou gazières n’est ni un avantage pour la société, ni un avantage pour l’environnement.

    Si vous utilisez de forte redevances pour diversifier votre économie régionale et mousser la recherche et le développement de d’autres secteurs, je serais déjà plus confiant, mais si vous leur faites des ponts d’or, que restera-t-il lorsqu’ils auront pompé vos ressources?

    Nigeria, Équateur, Mexique, Venezuela, Russie, Iran, Arabie Saoudite, Guinée, États-Unis : le pétrole, cette ressource facile est en définitive un poison pour les pays où il est produit, c’est une source de richesse facile à produire, qui demande très peu d’emploi pour la masse de capital qu’il génère, et qui génère justement de la corruption.

    Je vous rappelle que même au Texas, cet État fier d’être pétrolier « a intenté un procès en 2003 contre Exxon, Chevron, Shell et près d’une douzaine d’autres entreprises accusées d’avoir complotées pendant plusieurs décennies pour éviter d’avoir à payer des royalties sur le pétrole qu’elles extrayaient des terres publiques.» (MASS, Peter. «Pétrole brut», Editions Autrement Frontières, p.134)

    Si vous vous rendez compte de la malice de Exxon, qui a fait trainer les procédures et qui vient d’être condamné définitivement pour le désastre du Exxon Mobil, vous comprenez que le procès ne sera définitivement gagné que dans des années, mais cela viendra. En attendant, le mieux est de ne pas les inviter.

  10. Jean Baril dit :

    Allo

    Mais les redevances sont ou. A 15% comme c’est le cas actuellement il faut le laisser ca dans le trou. C’a me fait étrangement penser au fer de Duplessis a $0.03 la tonne. C’est la meme argumentation et le meme étroitesse d’esprit Imaginez, au Texas le pays de Georges Bush qui n’est vraiement pas un socialiste, ces droits sont de 10000$ l’acre exploité et 26.5% de redevances. Maintenant allez voir en Norvege, en Arabie Saoudite, en Amerique du sud. Meme au pays de Ralph Klein, les redevances sont plus élevées. Au lieu de chialer apres les écolos, garde ta salive pour exiger de notre gouvernement un peut plus de responsabilité face a nos richesses naturelles et un peut moin d’avidité a notre si belle classe d’affaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :