Qui est derrière le mouvement écolo?

A écouter le discours écolo-religieux, on court vers la catastrophe, et « la planète se meurt ». Même si beaucoup d’études montrent le contraire, dès qu’on leur parle de ces études, ils nous disent que ça a été produit par des « pseudo-scientifiques » payés par les pétrolières!

Ne vous méprenez pas, la majorité des gens dans les organismes soit-disant écolos n’y sont pas pour « sauver la planète ». Ils ont un agenda. Il faut se questionner à savoir ce qui se cache derrière ça.

Les anti-capitalisme: De la bouche même de Patrick Moore, ex-fondateur de Greenpeace, son mouvement à été infiltré par des extrémistes de gauche, marxistes et anti-capitalisme. Leur objectif n’est pas de « sauver la planète », mais de détruire le capitalisme. Il y a quelques jours à Copenhague, des militants ont réussi à s’infiltrer dans une salle et qu’est-ce qu’ils scandaient? « Non au capitalisme vert! »

Les profiteurs: Bien loin des anti-capitalismes, d’autres y sont pour l’argent. Al Gore a fondé une compagnie qui prend avantage des nouvelles technologies et solutions reliées au « réchauffement climatique ». Notez que ça fait plusieurs années que sa compagnie est fondée (2004) et donc la valeur de ses actions augmente à chaque fois qu’il fait un discours apocalyptique. Les investisseurs dans les compagnies d’énergies vertes ont donc avantage à répandre le message apocalyptique. Voyez un bel exemple ici.

« Humanistes »: Certains pensent qu’ils peuvent utiliser cette opportunité pour redistribuer la richesse. Taxer les grands pays « pollueurs » pour donner l’argent aux pays plus pauvres. C’est peut-être louable, mais ça n’a rien à voir avec l’environnement.

Les scientifiques corrompus: Finalement, il y a les scientifiques qui profitent de fonds de recherche qui atteignent plusieurs centaines de millions. Si les scientifiques disaient « tout va bien », ils n’auraient pas accès à cet argent. Ils ont donc avantage à modifier leurs conclusions pour appuyer le scénario catastrophe, comme c’est arrivé avec le ClimateGate.

Dans les textes passés, j’évitais les scénarios conspirationistes et tentais de m’en tenir au faits, mais le mouvement écolo accuse régulièrement les sceptiques d’être acheté par les pétrolières, alors que même si c’est possible que quelque-uns le soient, la grande majorité sont simplement des scientifiques qui sont outrés par toute cette anti-science utilisée pour justifier les théories écolos. Alors je crois que c’est juste normal de montrer qu’ils sont très loin d’être neutres, et que certains n’ont rien à foutre de l’écologie.

J’en profite aussi pour spécifier qu’il y a une énorme différence entre la guerre aux « changements climatiques » et la guerre à la pollution. C’est pas parce que nous sommes contre cette anti-science qui tente de nous faire croire que le CO2 est un poison et que la planète se meurt que nous sommes pro-pollution, comme certains tentent de faire croire. Je suis pro-recyclage, contre la pollution, contre le gaspillage éhonté de ressources non-renouvelables, comme le pétrole (et donc le plastique). Mais il y a des limites, le mouvement écolo ne doit pas être anti-humain.
Et surtout, il ne faut pas penser que l’humain est la cause de tous les problèmes, alors que les changements climatiques sont naturels.

Comme pour n’importe quelle cause, posez-vous des questions et renseignez-vous avant de signer ou d’appuyer n’importe quoi! Ces gens cherchent votre appui pour une raison, et c’est peut-être pas celle que vous pensez.

nuke

Publicités

17 Responses to Qui est derrière le mouvement écolo?

  1. En complément, un billet sur un sujet semblable sur Antagoniste.net

  2. Manx dit :

    Je me demande simplement dans quelle catégorie je vais =D.

    Sérieusement, pour partager beaucoup de temps avec des gens dans la climatologie et les mouvements environnementaux, il y a du vrai dans ce que tu dis. Mais au final, ton message est faux.

    Il faut que tu comptes aussi les scientifiques honnêtes, qui tirent la conclusion que le réchauffement climatique est probablement réel. Il faut que tu voies aussi les scientifiques qui ne prennent aucun parti et qui poussent pour approfondir la recherche en climatologie, afin d’avoir une meilleure vue sur la question. Il y plein de gens dans le mouvement environnementaliste, et ceux que tu nommes sont une minorité visible et invisible, parfois.

    Il ne faut pas oublier, non plus, les environnementalistes qui se concentrent sur autre chose que la climatologie; on a fait beaucoup de progrès au Québec en gestion des eaux, des sols, des déchets et en valorisation de la matière organique.

  3. @Manx

    Est-ce que tu es membre de Greenpeace ou autre groupe socialiste/marxiste? Est-ce que tu as des actions dans GIM (Compagnie de Al Gore)? Est-ce que tu veux « éliminer la pauvreté » dans le monde a travers une taxe du carbone? Est-ce que tu profites de fond de recherche relié au réchauffement climatique? J’en doute, donc tu ne fais pas partie de la liste, et tu es de bonne foi. Ça ne veux pas dire que tu as raison pour autant, ni moi non plus. C’est pourquoi il faut s’assurer que ceux qui nous envoient ces messages catastrophistes sont de bonne foi aussi, et pour le moment ça n’est pas le cas.

    C’est pour ça que j’en ai profité pour différencier ceux qui s’occupent de la pollution, du recyclage des ressources, de la protection de l’environnement. Ça c’est réel et c’est ce sur quoi tout le monde s’entend. Ceux qui sont dans cette catégorie, je les considère honnête pour la plupart. Le problème c’est quand les gens mélangent les deux.

    Et il y en a aussi qui sont dans ces mouvements et qui croient vraiment faire la bonne chose. Comme le jeune scientifique dans le vidéo #3 du billet précédent. Il était dans Greenpeace, et en tentant de discréditer un scientifique sceptique, il s’est rendu compte que ce dernier avait raison. Et depuis il travaille a montrer qu’il n’y a pas de réchauffement.

    Ca porte a réfléchir la prochaine fois qu’un écolo accuse les sceptiques d’être à la solde des pétrolière, comme si eux n’avait pas d’agenda caché.

  4. En fait, il y a beaucoup de choses qui sont inquiétantes regardant la pollution de l’eau et le manque d’eau, bien plus que le réchauffement climatique! Il y a des rétroactions entre les deux, mais les quantifier est loin d’être une certitude!

    Je suis dans ce milieu-là, et je trouve personnellement qu’on a beaucoup fait d’une vache sacrée du réchauffement climatique. Je suis à 90% d’accord avec ce que tu dis, il y a toute une diversité dans le milieu environnemental, mais je suis d’accord avec Manx quand il dit qu’il ne faut pas oublier qu’il y a autre chose que la climatologie!
    Le CO2 n’est pas un poison certes, mais le fait est qu’on dilapide des ressources pétrolières renouvelables à l’échelle de millions d’années, ce qui veut donc dire non-renouvelable à l’échelle humaine, en fait, c’est qu’on intervient dans un cycle géologique à long terme d’une manière anthropogénique; à savoir, qu’est-ce qui est de trop? Jusqu’où l’être humain a-t-il le droit de modifier son environnement – à quel point cela met-il les écosystèmes existants en péril? L’être humain a toujours modifié son environnement, mais il faut admettre qu’il le fait à une échelle très grande comparée aux autres espèces animales. Admettre le contraire est d’une malhonnêteté intellectuelle.

  5. Poukoi dit :

    Une chenille qui bouffe une feuille deviendra papillon puis crèvera avant que la putin de feuille de repousse!

    Les autres espèces animales réagissent de manière cyclique avec leur environnement.

    il n’y a plus de bouffe…je vais ailleurs…la bouffe repousse…etc…

    Nous, nous avons le contrôle sur notre envirronement. Nous faisons des erreurs et des essais… Puis, la planète se régularisera certainement avec tout ça comme la nature le fait avec la putin de bouffe qui repousse!

    Ce qui est merveilleux dans tout ça c’est que, enfin en 2010, nous commençons à essayer de comprendre notre terre. Christ! On va sur Mars pis on sait rien de la terre! Çà va pas ben!
    À la place d’adhèrer à des histoires écolodogmatiques comme l’église l’a fait si longtemps avec la création, ben on va commencer à essayer de comprendre, ensemble, le citoyen et le spécialiste, comment notre planète marche. Nos cerveaux vont peut-être finir par apporter de quoi à l’univers.

    Il serait, peut-être, assez égoiste de croire que la seconde que nous passons sur terre soit si historique que ça!

    Ne te demande pas ce que l’univers peut t’apporter mais plutôt ce que tu peux apporter à l’univers.

    citation de… Poukoi F. Kennedy

  6. Manx dit :

    Pour aller encore plus loin que Léonard; les théories du réchauffement climatique ont pris une grande ampleur, parce qu’on a prouvé que l’être humain a changé jusqu’à la composition de l’air qu’il respire, et ce de façon permanente. Ça touche l’imaginaire. La seule chose, c’est qu’il faut comprendre qu’il y a plus que l’air que l’on respire, et que les gens qui poussent pour améliorer la situation de l’air, des sols et des eaux sont rarement des gens malhonnêtes. Il ne faut pas croire que tu as le monopole des gens honnêtes, Christian.

  7. Christian Rioux dit :

    La pollution est un dossier complètement différent des changements climatiques. Imagines qu’ils auraient investit autant d’argent qu’ils ont mis dans la guerre au réchauffement climatique dans la protection de l’environnement, dans le recyclage, et des technologies pour décontaminer les sols. Ca serait clean en maudit, et ça aurait été bien plus utile.

  8. Manx dit :

    La pollution est un dossier complètement différent des changements climatiques, mais les grosses ONG qui travaillent sur la pollution travaillent aussi très souvent sur le dossier des changements climatiques.

    On ne peut pas dire que quand ils parlent de gestion forestière, le comité Forêt Boréale est honnête et soulève de bons points, mais que lorsqu’ils parlent de changements climatiques, ce sont des anti-capitalistes, des profiteurs, des « humanistes » et des scientifiques corrompus.

    Il y a des gens qui font beaucoup de travail et qui croient au changement climatique anthropogénique. Il faut que tu sois capable d’admettre que ces gens sont honnêtes, qu’ils sont des citoyens normaux et que les appuis scientifiques qu’ils ont ne sont pas des appuis de scientifiques de seconde classe.

    C’est quelque chose que peu d’environnementalistes ont compris sur leurs adversaires aussi. Plusieurs pensent que les scientifiques « négationnistes » sont des scientifiques de seconde classe et que leur recherche n’est pas pertinente; dans la majorité des cas, c’est aussi faux que le fait de croire ce que tu as mentionné plus haut.

  9. B. Vallée dit :

    à Léonard Langlois

    « L’être humain a toujours modifié son environnement, mais il faut admettre qu’il le fait à une échelle très grande comparée aux autres espèces animales. »

    Wow ! Quelle magnifique tautologie ! On dirait du Hubert Reeves. Et ce n’est pas un compliment…

    Mais comme c’est vrai ! Quelle sagesse avec un grand S… Au lieu de se mettre à modifier leur environnement (ce qu’ils ont commencé à faire dès qu’ils ont inventé le langage parlé), les humains auraient du rester bien tranquilles dans leur coin, comme des ours polaires ou des moules zébrées… Ce serait tellement plus simple… Et Maman la Terre serait contente… Quelle idée, aussi, de bâtir des cathédrales, de raser des forêts pour construire des galions, d’extraire du pétrole pour faire tourner des moteurs ou, comble de la folie, de se promener en avion… L’histoire, la culture et la technologie, c’était une mauvaise idée. On aurait du y penser avant…

  10. Christian Rioux dit :

    @Manx
    Quand des environnementalistes se fient à des études comme celles du CRU pour étayer leur dires, ça signifient qu’ils peuvent avoir tort.

    Ils devraient se concentrer sur ce qui est le but original, contrer la pollution. Parce que les changements climatiques, c’est très complexe et de plus en plus probable que ça soit des cycles naturels. Alors ils vont perdre toute crédibilité quand ça sera prouvé.

    C’est le même principe que la religion qui cite la création de la terre et de tout ce qui est dessus en 6 jours. Quand on peut prouver scientifiquement que c’est une fable, ca perd toute crédibilité. Par contre si la religion se concentre sur la création de l’univers (origine du big bang) qui n’est pas encore expliqué par la science, elle a plus de chances que les gens le croient.

    Alors que les écolos laissent les changements climatiques aux climatilogues et aux vrais scientifiques et s’occupent de la pollution, du recyclage, et de la protection des espèces animales.

  11. l'engagé dit :

    Non, c’est pas le même principe que la religion, laquelle était une doctrine.

    L’argumentation quant au réchauffement climatique tient à peu de chose et s’articule autour d’un argumentaire cohérent.

    Le carbone a été stocké dans la terre pendant des millions d’années par le biais d’opérations biochimiques complexes. L’homme depuis le XIXe siècle brûle ce concentré de carbone à un rythme infiniment supérieur aux mécanismes pour le recapturer. Il s’en suit que le nombre de particules de CO2 dans l’atmosphère ne cesse de croitre et cela s’amplifie avec le développement accéléré que connait la planète.

    On a remarqué une accélération de la fonte de la banquise et un recul du pergélisol, l’augmentation du niveau des océans provoque et la diminution de sa concentration en sel génèrent d’autres conséquences complexes.

    Depuis les années 60, on a développé une compréhension des système que l’on appelle chaotique, c’est à dire que la distribution des changements dans ces systèmes ne répond pas à une linéarité causale prévisible. À partir d’un petit changement, un système chaotique peut prendre une dimension imprévue et réagir d’une façon complètement déroutante.

    La climatologie et l’écologie sont deux disciplines qui intègrent les modèles dynamiques et chaotiques à leurs travaux.

    Le moins que l’on puisse dire, dans l’équation climat, c’est qu’on ne peut prévoir l’ampleur des bouleversements climatiques et des désastres humains qu’une mince augmentation des température pourrait causer.

    Ce qui est certain c’est que l’éjection de CO2 est trop intense pour ne pas laisser d’effets. C’est notre incertitude qui nous pousse à sonner l’alarme, étant un système complexe, le climat, s’il est changé, ne pourra revenir en arrière.

    D’où l’activisme de certains groupes.

    Peut-être que c’est plus clair?

  12. @L’engagé
    C’est trop simple de dire qu’on envoie plus de carbone dans l’atmosphère, donc tout ce qu’on peut constater qui peut s’apparenter a un réchauffement c’est automatiquement du au CO2. NON!

    En fait, le CO2 qu’on envoie dans l’atmosphère est infime. De façon naturelle le CO2 a déjà été beaucoup plus élevé que maintenant, et il n’y avait pas de lien avec la température (j’ai déjà posté des graphiques sur ce sujet)

    En fait, les théories scientifiques les plus plausibles sur tous les changements climatiques qui sont survenu dans l’histoire de notre planète sont dus à des cycles (solaires, orbital, glaciaires etc.) et non pas au niveau de CO2

  13. l'engagé dit :

    euh,,,
    M. Rioux
    eu égard à votre premier paragraphe

    « […]donc tout ce qu’on peut constater qui peut s’apparenter a un réchauffement c’est automatiquement du au CO2. NON!»

    Vous contestez quelque chose que je n’ai pas écrit. J’ai écrit : « L’homme depuis le XIXe siècle brûle ce concentré de carbone à un rythme infiniment supérieur aux mécanismes pour le recapturer ».

    Personne ne nie que l’atmosphère a déjà contenu plus de CO2, d’ailleurs d’où viendrait le pétrole si ce n’était de la dégradation très particulière de composés organiques lors de phases particulières de l’histoire de la terre, lesquels sont eux-mêmes le résultat d’une conversion du CO2, en partie rejeté par des volcans, absorbé par des végétaux, favorisant ainsi leur croissance.

    La lente capture du carbone de l’atmosphère s’est réalisée par le biais de la photosynthèse et ce processus s’est réalisé sur des millions d’années. Quand on brûle du pétrole, on « brûle » le temps nécessairement le temps consacré à sa synthèse. Ce n’est par pour rien que c’est la source d’énergie la plus extraordinaire.

    Quand on brûle des réserves que la terre a mis des années a constituer, quand on augmenta la production d’autres gaz (comme le méthane par le biais de l’agriculture) , quand on diminue les puits naturels de capture du CO2 (disparition des forêts, désertification) , on génère des perturbations écosystémiques qui n’ont jamais été observées.

    Oui, il y a les cycles solaires et les périodes glaciaires, mais les premières hypothèses sur l’effet de serre datent de 1804, à un moment où on n’aurait pu imaginer toutes les conséquences que nous pouvons aujourd’hui envisager à l’égard d’une augmentation de température. Il n’y avait pas de biais. Les premières confirmations eurent lieu en 1958 (Keeling en étudiant un volcan) et la véritable corrélation entre augmentations des températures et CO2 fut vérifiée par Claude Lorius en 1987, revue «Nature» (Vostok ice core: climatic response to CO2 and orbital forcing changes over the last climatic cycle).
    Cette corrélation n’a pas été réfutée et pourtant de grands groupes industriels auraient intérêt à y arriver, mais en science, ce n’est pas comme en religion : si on découvre une loi ou un principe, ce n’est pas possible de le réfuter. Vous ne pourrez pas empêcher les gens de constater que la gravitation existe si une méthode expérimentale reproductible le vérifie et que cette dernière consolide une théorie.

    Donc grande proportion de CO2 dans l’atmosphère= température plus élevée que si la proportion de CO2 était plus faible.

    Mais nous n’avons jamais été là, dans le passé, pour le vérifier avec nos instruments sur de longues périodes, est-ce que ça se vérifie sur 40, 80 , 100 ans? Nous ne pouvons le savoir très précisément, comme je l’ai écrit, écologie et climatologie sont une science des systèmes, on jongle avec des centaines de données, mais cette connaissance des systèmes permet de savoir que ces ensemblent dépasse complètement notre entendement et s’autorégulent.

    Ce qui signifie qu’il existe un point de non-retour, il y en a déjà un d’impressionnant: on brûle plus de carbone que le système planétaire peut en réabsorber, c’est déjà le signe d’une limite certaine de notre pouvoir d’intervention. Si nous dépassons un certain seuil de ppm de carbone dans l’atmosphère, nous déclencherons de nouveaux effets. Ils se trouvent que ces effets sont plutôt nuisibles pour l’homme.

    Pour ce qui est de la mécanique précise de «l’effet de serre», des centaines de sites peuvent l’expliquer mieux que moi.

    L’activisme écologiste s’explique donc par la compréhension chez certains que cette mécanique du climat dépend d’un loi de cause à effet et pas de notre volonté. Les actions entreprises ont pour but de montrer que les effets néfastes ne peuvent être enrayé que si nos agissons avant leur apparition.

    En ce sens, nous appliquons une rationalité et une cohérence propre à une certaine modernité.

    C’est un peu comme si vous aviez une méthode pour dire qu’une éruption volcanique était imminente, mais que vous ne sauriez dire si elle est pour demain ou dans deux semaines. Comment réagiriez-vous si ceux à qu’ils vous vous adressiez étaient sourds à vos arguments et qu’ils vous traitaient d’aveugle parce qu’ils ne perçoivent pas de lave.

    L’avantage de disposer de la science, c’est qu’on dispose parfois d’une longueur d’avance. Je sais que nous ne vivons pas dans l’état de périls que l’on nous annonce, mais faitse plutôt l’effort de voir pourquoi on vous l’annonce.

    Si vous me trouvez l’ÉVIDENCE SOLIDE qu’il n’y a pas de corrélation entre CO2 et climat, et je vous suivrai, mais on ne peut se contenter du «climate gate» , qui ne fait pas cette démonstration.

    En attendant, sachez que depuis les derniers 400 000 ans, l’atmosphère terrestre (beaucoup de périodes glaciaires et de cycles de taches solaires) s’est maintenue entre 180 et 280 pmm de CO2, nous sommes aujourd’hui à 387 ppm. Tous ces effets peuvent par ailleurs se conjuguer, et comme je lai écrit dans un autre commentaire, une accélération des températures peut-être exponentielle, le recul du pergélisol peut libérer du méthane (dont l’effet de sert est plus puissant) et multiplier ledit effet de serre et ses conséquences (recul des glaciers, montée des océans, changements des courants, etc.).

    J’espère que cela vous éclaire, croyez-moi, je ferais autre chose que vous écrire si je ne croyais pas qu’il y a péril en la demeure.

  14. Christian Rioux dit :

    @L’engagé

    Donc grande proportion de CO2 dans l’atmosphère= température plus élevée que si la proportion de CO2 était plus faible.

    C’est un raisonnement trop simpliste. C’est plus complexe que ça. Le CO2 a un impact tellement minime comparé au cycles. Comment expliquez-vous qu’il ny a pas eu de réchauffement climatique depuis 1995 (Même le prof Jones du GIEC l’a avoué), alors que selon les données des écolos, on rejette plus de CO2 que jamais, et qu’on continue d’augmenter les rejets?

    Quant au niveau de CO2, pourquoi se limiter à 400000 ans, regardez le graphique dans ce billet précédent :
    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=777

    Les niveaux de CO2 ont déjà été BEAUCOUP plus élevés, à des moments ou la vie était plus florissante que maintenant. Le lien entre le CO2 et le climat est une illusion. Le climat n’a jamais été fixe ni les niveaux de CO2, et l’humain n’a rien a y voir.

  15. l'engagé dit :

    Une corrélation positive est une corrélation positive et le Climategate n’a pas ébranlé «Nature» ou «Science».

    Quand on s’inquiète de l’augmentation de CO2, on s’inquiète beaucoup pour les conséquences humaines… La vie reprend toujours ses droits.

    Corrélation positive ne veut pas dire non plus «relation directe», j’aurais dû écrire pour un « contexte équivalent, toute chose étant égale par ailleurs», avec l’ensemble de mes nuances, je pensais que c’était implicite.

    Vous avez raison, je vais devoir être plus pédagogue.

    Personne ne prétend que le climat a été fixe, mais pour votre histoire de vie florissante, ces périodes possédaient des puits de carbone que nous détruisons à l’heure qu’il est…

    Pour le lien entre le climat et le CO2, faites-moi une démonstration de physique. Depuis quand est-ce que H20, CO2, CH4 ont cesser d’absorber l’infrarouge?

    Vous avez raison, l’ère Jurassique contenait plus de CO2, pour une vie plus florissante, et 3 degrés de plus…
    Mais le problème, c’est pas le la température en tant que telle, c’est son augmentation sur le très court terme qui pose problème.

    La terre connait bien les cycles solaires sur 11 ans, ils sont à peu près constants, le rayonnement gagne en intensité, puis s’estompe. La production de CO2, pendant ces périodes, elle, est continue. Est-ce que l’effet est direct?
    J’ai pris la peine de dire qu’on ne connait pas l’intervalle d’influence entre un et l’autre.

    Il n’y a pas eu de réchauffement «global» depuis 1995? Mais est-ce qu’il y a eu diminution ou augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes? Est-ce que les écarts se creusent? Enfin, y a-t-il augmentation des températures depuis l’ère industrielle?

    Je vous reviens, bientôt.

  16. @ l’enragé.

    «le Climategate n’a pas ébranlé «Nature» ou «Science».»

    Foutaise!

    Le très prestigieux magasine Science affirme que les chercheurs du CRU pourraient avoir commis un acte criminel, en tentant de supprimer des données qui étaient visées par la Loi sur l’accès à l’information.

    http://news.sciencemag.org/scienceinsider/2009/11/in-climate-hack.html

  17. l'engagé dit :

    Bon :
    http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8394483.stm

    en résumé
    Jonathon Porritt, the former chairman of the UK Sustainable Development Commission, called the developments « very worrying » because the row threatened to undermine the integrity of the IPCC.

    « Without that integrity, politicians cannot necessarily trust what the scientists have been telling them, » he warned.

    « Clearing up the issue is absolutely crucial. »

    But he added: « Having said that, we do need to be careful about which voices we are listening to.

    « Whatever the significance of the e-mails are, it does not show that there is no link between human activity and climate change. »
    CLIMATE CHANGE GLOSSARY
    Select a term from the dropdown:

    Carbon intensity – A unit of measure. The amount of carbon emitted by a country per unit of Gross Domestic Product.
    Suggest additions
    Bon :

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8394483.stm

    The UK Energy and Climate Change Secretary Ed Miliband said the idea that the e-mail row would derail the Copenhagen summit was « nonsense ».

    « One string of e-mails does not undermine the global science on climate change, » he told BBC News.

    « There will be people who want to use it to say that this somehow casts doubt on Copenhagen or the scientific evidence; frankly, I think that is nonsense and I think we need to resist listening to those siren voices. »

    Les prestigieux magazines sont soucieux DE L’ATTAQUE EN RAISON DU DISCRÉDIT QUE CE «BUZZ» GÉNÈRE, mais les articles qui invalident la thèse du réchauffement avec des évidences claires et une méthodologie reproductible n’a pas encore vu le jour. Voilà ce que j’entends par «pas inquiet».

    SCIENCE ET NATURE ont publié des tas d’articles dont soutiennent plutôt la thèse du réchauffement, si des gens manipulent sciemment des données dans les objectifs de communication entre scientifiques et gouvernements, cela mine des années de travail. Le fond du consensus, lui, reste intact.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :