Climategate, partout sauf au Québec?

Suite au Climategate, (Voir Scandale Scientique, dans les billets précédents) j’ai attendu quelques jours pour voir ce que nos médias en diraient. Mais RIEN, le vide total! Pas un mot! Pourtant on en parle partout sur la planète!

Comment se fait-il que nos médias nous maintiennent dans la noirceur? Comment se fait-il que TVA préfère tenter d’influencer l’opinion publique en parlant chaque jour d’une damnée commission d’enquête qui n’aura jamais lieu, au lieu de nous parler de choses bien plus importantes.

Qui peut bien faire pression sur les médias pour qu’on nous cache ces informations? Le québécois moyen unilingue ne s’informe pas plus loin que TVA ou Radio-Canada. Alors comment sera-t-il au courant? J’en ai parlé autour de moi et personne n’en savait rien. Seuls les blogs rapportent cette information.

Pourtant cette histoire sème un doute important sur les thèses de réchauffement, qui non seulement n’ont jamais été prouvées, mais selon ces informations, les scientifiques environnementeurs manipulent les faits pour appuyer leur dogme religieux. Qu’est-ce qu’on attend pour contre-vérifier leur données? Et tout ça au moment où les gouvernements s’apprêtent à dépenser des milliards de l’argent des contribuables pour contrer un problème qui n’existe pas.

Que les gouvernement travaillent à moins polluer j’ai pas de problèmes, mais quand ils se mettent à enfouir du gaz carbonique sous la terre et que ça coûte des millions pour faire ça, ca dépasse l’entendement.

Billets reliés de blogs québécois:
Minarchiste: L’inutilité totale des médias québécois
Antagoniste: mea culpa d’un réchauffiste
Antagoniste: Du nouveau dans le Climategate
Jacques Brassard
Blog de Ben Mercier

Bel exemple de manipulation de données:

Publicités

27 Responses to Climategate, partout sauf au Québec?

  1. Pendant ce temps-là, Radio-Poubelle-Cadenas nous informe plutôt que Al Gore n’est pas content que Harper laisse l’Alberta développer les ressources naturelles qu’elle a sur son territoire en paix.

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2009/11/25/001-Gore-Climat-sbles.shtml

    Allô, crédibilité journalistique! Où es-tu?

  2. Maxime dit :

    Vous n’avez rien vu! En plus de ne pas en parler, on continue à nous faire peur!

    http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/200911/25/01-925223-ottawa-reste-de-glace.php

    Selon le « journaliste » et les quêteux de subvention pour la recherche dans le Nord c’est la fin du monde.

  3. Maxime dit :

    Vous voyez pas que c’est l’apocalypse ?

    (sarcasme)

  4. Christian Rioux dit :

    Un des fondateurs de Greenpeace a déjà dit ceci:

    By the mid-1980s, the environmental movement had abandoned science and logic in favor of emotion and sensationalism. I became aware of the emerging concept of sustainable development: balancing environmental, social and economic priorities. Converted to the idea that win-win solutions could be found by bringing all interests together, I made the move from confrontation to consensus.

  5. Gilles Laplante dit :

    Le meilleur moyen de protester, c’est de ne pas acheter leurs feuilles de choux. Comme ça fait des années que je n’achète plus un journal, je n’ai malheureusement plus de moyen de pression sauf quand on m’appelle pour m’abonner. Cependant je doute qu’alors, mon message ce rende. Je conseille à mes connaissances qui veulent lire la page des sports d’aller plutôt prendre un café chez Tim.
    On avait la Mafia dans la construction on a aussi la Mafia dans les Universités. Remarquez qu’au Québec, ce n’est pas surprenant, maintenant on a la Mafia syndicaliste à partir de la maternelle.

  6. Manx dit :

    Heu, Christian. S’il te plaît, sors-moi une image plus crédible. Celle-là est un copier/coller en haut et en bas. Les charts sont relativement semblables, sauf que dans le cas du haut, l’échelle arrête en 1980 et dans le cas du bas, en 1953. Sans ça, le diagramme a l’air assez bien coordonné. Sinon, on ne voit pas les unités ou la corrélation; on peut pas se faire une idée quand un type nous publie ça :(.

    Mais c’est vrai qu’avec un sujet de même, je ne comprends pas pourquoi les journalistes ne sont pas sautés sur l’affaire. C’est clair que c’est important d’avoir une bonne vision des choses, et si des scientifiques ont falsifié leurs résultats, il faut leur tapper deçu. Remarque que ce ne serait pas le premier scandale où les scientifiques veulent faire publier de fausses données. Le cas Baltimore (1984) est assez peu élogieux là-dessus. Une stagiaire post-doctorale a ramassé un lauréat du prix Nobel de médecine qui falsifiait ses expériences.

    Et pour la Mafia dans les universités, Gilles, lâche la drogue. On travaille des horaires de fous pour faire des expériences rigoureuses avec ce qu’on a. Ça nous énerve quand on voit quelqu’un qui invente ou transforme des données (comme dans le cas du Climate Gate – ce n’est pas de la science), mais si en plus, les chercheurs honêtes n’ont pas ton respect et que tu les places dans le même bateau, ben va te faire!

  7. Tym Machine dit :

    Si on parle de d’autre chose que de la souveraineté et de la langue française, ça n’intéresse personne.

    Alors dans ce cas, on se fit sur les beaux ti-pamphlets du Bloc pour nous informer des réalités et nous dire quoi penser et quoi faire.

    Comme par exemple haïr l’Alberta pour ses sables bitumineux alors que la majorité des gens se servent d’une voiture alimentée au pétrole.

  8. Poukoi dit :

    Voyez comme les médias ne sont pas indépendants!

    Il est strictement IMPOSSIBLE qu’aucun média québecois ne traite la nouvelle. On se croirait dans l’affaire Monica & Bill pendant le génocide au Rwanda.

    Encore du communisme intellectuel, de la dictature cachée. C’est l’état québécois, ses bergers et ses moutons…

  9. Christian Rioux dit :

    @Manx
    C’est justement une partie de ce qui en est ressorti. Ils ne publient les données que jusqu’en 1960, parce que les données après ça ne leur plaisent pas. En effet, elles montrent un déclin des températures. C’est de la manipulation d’information pour en modifier la conclusion.

    Quand est-ce que nos médias vont cesser de nous cacher ses informations? Heureusement qu’il y a internet!

  10. En complément:
    Le dirigeant de Greenpeace avoue que son organisation a arrangé des données sur le réchauffement climatique:

    http://www.betapolitique.fr/Le-dirigeant-de-Greenpeace-avoue-35771.html

  11. Gilles Laplante dit :

    @Manx
    Il y a des chercheurs universitaires honnètes comme des travailleurs de la construction honnètes mais quand des universités laissent des prétendus chercheurs manipuler des données comme on le découvre, entérinent leurs travaux ça ressemble à la mafia. En tant que chercheurs honnêtes vous devriez être les premiers à exiger que les médias dénoncent ces faits, mais non on fait face à l’Omerta.

  12. Étienne L. dit :

    Dégoûté par ce blogue que je lis pour la première fois. Les changements climatiques, que vous le vouliez ou non, sont prouvés dans un nombre infiniment plus élevé d’études que de celle dont vous parlez. Le rapport du GIEC est sévèrement contre-analysé chaque fois par des milliers de spécialistes sceptiques mais compétents qui ramènent les chiffres un peu à la baisse mais qui invariablement admettent un certain nombre de certitudes comme une acidification des océans due à une hausse de la concentration de CO2, ce qui est tout à fait explicable chimiquement par n’importe quel étudiant du secondaire ou du cégep. Personnellement, je ne vois pas le mal à réduire notre dépendance aux pays producteurs de pétrole ; d’où vient la richesse d’Al-Qaida d’après vous ?

  13. @Etienne
    C’est justement là le scandale, c’est de cet institut que viennent les chiffres et statistiques qui sont utilisé par les autres. Donc rien n’est prouvé, au contraire.

    Je n’ai rien contre le recyclage, les énergie renouvelables et le développement durable, au contraire (voir billets précédents). J’en ai contre ceux qui sont dans le mouvement écolo comme dans une religion et qui ne tolèrent aucune opposition ou questionnement de leur dogme.

    Quand quelqu’un dit : « le réchauffement est prouvé et c’est tout! » ça montre un manque flagrant d’esprit critique. Même avant le Climategate, ça n’avait jamais été prouvé scientifiquement. Maintenant qu’il y a des preuves que certains falsifient les données, ça rend la thèse encore moins crédible.

    Le réchauffement climatique n’est pas encore prouvé, et même s’il y en avait un, il est très peu probable qu’il soit du à l’activité humaine ou au CO2.

  14. Manx dit :

    Depuis 1960, on refroidit? Ha bon…
    http://data.giss.nasa.gov/gistemp/graphs/

    « Il y a des chercheurs universitaires honnètes comme des travailleurs de la construction honnètes mais quand des universités laissent des prétendus chercheurs manipuler des données comme on le découvre, entérinent leurs travaux ça ressemble à la mafia. En tant que chercheurs honnêtes vous devriez être les premiers à exiger que les médias dénoncent ces faits, mais non on fait face à l’Omerta. »

    Ce ne sont pas des prétendus chercheurs; ce sont des chercheurs, parfois même assez réputés, qui ont été pris sur le fait. Nous sommes d’ailleurs les premiers à exiger des données réelles et non-falsifiées. On le fait dans le processus de « peer-review » (nommez-moi un seul secteur dans le monde, outre la recherche, qui exige que 3 confrères et un éditeur évaluent le travail des autres avant de le publier) et dans la publication de méthodologie. Personne d’autre ne fait ça. Et si l’on découvre que quelqu’un a falsifié des données, aucun scientifique n’hésitera à le crucifier. On ne veut pas de menteurs parmi nous, parce que cela fait revenir la science des années en arrière, dans des processus qui font que des secteurs complets de la science connue par l’Homme doivent être révisés.

    La seule chose qu’on ne fait pas encore, c’est de recréer des expériences qui ont duré 6 mois pour en confirmer les résultats (on n’a pas que ça à faire!). On ne peut simplement pas faire ça. Comme je te le dis, Jean-Luc, les scientifiques sont loin d’être mafieux, et l’on n’hésitera pas à détruire la réputation de tout falsificateur de données.

  15. David C. dit :

    Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !

    Par Helga Zepp LaRouche (www.solidariteetprogres.org)

    Le sommet de l’ONU sur le climat, qui se tiendra à Copenhague du 6 au 18 décembre, avec la participation de 193 nations, 65 chefs d’Etats et de gouvernement et 20 000 délégués, repose sur une fraude gigantesque et doit être immédiatement annulé. Il ne s’agit pas uniquement d’économiser les frais d’un évènement dont le seul but est de promouvoir le malthusianisme, mais d’empêcher l’instauration de facto d’un gouvernement mondial.

    Alors que plus de mille scientifiques ont pris leurs distances avec la thèse du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur un réchauffement global causé par l’activité humaine, les manipulations incroyables, récemment révélées par des pirates informatiques qui ont intercepté les courriels de certains chercheurs de l’Unité de recherche sur le climat (CRU) de l’université d’East Anglia, en Angleterre, fournissent la preuve ultime du caractère frauduleux de cette affaire.

    En réalité, les données statistiques brutes, non corrigées, provenant des stations météorologiques, indiquent peu ou pas de changement au cours des 150 dernières années. La moitié des observatoires décèlent même un léger refroidissement et constatent au contraire que depuis environ dix ans, nous assistons à un refroidissement global ! A quoi bon donc, une campagne aussi onéreuse pour prouver le contraire ?

    La réponse est claire : à part toute une armée de spéculateurs, qui voient dans le commerce des émissions de CO2 une nouvelle opportunité pour faire les poches de la population, il s’agit essentiellement d’une politique de l’Empire britannique, ou, plus précisément, du prince Philip d’Edimbourg. Ce dernier a exprimé à plusieurs reprises son souhait explicite de se réincarner en virus mortel, afin de contribuer plus efficacement à réduire la population. Le 12 novembre, le patron américain du Fonds mondial de la nature (WWF), organisme cofondé par le prince Philip, déclara à la presse : « Nous estimons fondamental pour le Président Obama de se rendre à Copenhague, afin de regarder les autres dirigeants dans les yeux, de leur communiquer notre engagement en tant que pays et d’obtenir le leur. » Et Obama d’annoncer promptement, revenant ainsi sur ses déclarations antérieures, qu’il ira à Copenhague le 9 décembre.

    De plus, il est monstrueux qu’une organisation officielle de l’ONU, en l’occurrence le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), et le gouvernement danois veuillent mettre officiellement la question de la réduction de la population à l’ordre du jour du sommet sur le climat. Selon le journal danois Berlinske Tidende, la ministre danoise du Développement, Ulla Toerness, a admis le caractère controversé de cette proposition qui, dans plusieurs pays, demeure tabou. Mais puisqu’il y a un lien entre croissance démographique et changement climatique, cette proposition remporte aussi le soutien complet du Premier ministre danois.

    L’organisation britannique Optimum Population Trust (OPT), qui mène une croisade ouverte en faveur d’une réduction démographique globale, affirme dans une étude que l’une des meilleures façons de combattre le prétendu « réchauffement global » consiste à empêcher les naissances, parce qu’éviter la naissance de nouveaux « pollueurs » est un moyen bien moins coûteux d’endiguer la « catastrophe climatique » que d’acquérir des sources d’énergie renouvelable. Selon l’étude, on pourrait empêcher un demi-milliard de naissances, et donc 24 milliards de tonnes de CO2 sur les 40 prochaines années, ainsi qu’une dépense de 200 000 milliards de livres sterling.

    Tout aussi révélateur est le fait que, selon le magazine Forbes, les « 14 personnes les plus riches du monde », qui ne sont pas les moins étrangères à l’économie de casino que nous subissons aujourd’hui, se sont déjà réunies le 5 mai de cette année chez le président de l’université privée Rockefeller. Pour Bill Gates, Warren Buffett, Michael Bloomberg, George Soros, Peter Petersen, David Rockefeller Jr. et d’autres participants à ce cénacle, la croissance démographique représente assurément la pire menace environnementale, sociale et industrielle de notre époque.

    Par ailleurs, le 5 juin, se déroulait à la London School of Economics la conférence préparatoire au sommet de Copenhague, organisée par le Policy Network, le think-tank de Tony Blair. Celui-ci, dont la paternité de la guerre en Irak fait aujourd’hui même l’objet d’une enquête en Grande-Bretagne, y a prononcé le discours d’ouverture, soulignant la nécessité d’un « changement révolutionnaire d’attitude ». Pour cela, les Etats-Unis devraient, à eux seuls, réduire leurs émissions à un dixième de leur niveau actuel ! Blair a clairement estimé que le plus gros problème est que la Chine veuille réaliser « la plus grande industrialisation que le monde ait jamais vue ».

    Lors d’une conférence de trois jours sur le thème de « la grande transformation », organisée à Essen, en Allemagne, par la Fondation Mercator en collaboration avec l’Institut du climat de Potsdam et de Wuppertal, on pouvait lire dans le prospectus présentant le panel du quatrième groupe de travail : « Les sociétés démocratiques peuvent-elles faire face aux effets de profonds changements du climat global, ou des régimes autoritaires seraient-ils plus à même de mettre en oeuvre les mesures nécessaires ? » L’un des participants, Hans-Joachim Schellenhuber, qui dirige l’Institut du climat de Potsdam, y avait récemment invité le prince Charles à une « discussion d’experts sur les thèmes de l’environnement et du climat ». (Schellenhuber est par ailleurs dignitaire de l’ordre britannique le plus prestigieux, l’Ordre de la Jarretière.)

    On ne peut qu’être d’accord avec Lord Christopher Monckton dans son analyse de l’imposture climatique et de la conférence de Copenhague : il s’agit bien, en effet, d’une tentative d’établir un gouvernement mondial non élu, jouissant de pouvoirs considérables et sans précédent. Pris en flagrant délit de mensonge, un petit groupe de « scientifiques » est désormais reconnu coupable d’un acte frauduleux et criminel. L’ex-ministre des Finances britannique, Lord Nigel Lawson, rejoint par tout un groupe d’autres Lords, auteurs et journalistes, vient de lancer un nouveau site internet, ainsi qu’une Fondation de politique du réchauffement climatique (GWPF), voués à combattre cette imposture.

    Hélas, il ne fait aucun doute qu’un consensus existe dans le camp pro-britannique de l’Establishment international pour répondre à la crise systémique financière mondiale par un nouveau fascisme, sous lequel les pauvres, faibles et malades seront sacrifiés aux intérêts spéculatifs.

    Une telle politique tombe sous le coup des Lois de Nuremberg de 1946. Quiconque entend participer à la conférence de Copenhague devrait y réfléchir. Après tout ce que le grand public vient de découvrir, il n’y a qu’une solution raisonnable : annuler au plus vite ce sommet.

    Appel envoyé par David C. – david.cabas.over-blog.fr

  16. Christian Rioux dit :

    @David C.
    Ce n’est pas l’endroit pour répandre des théories conspirationiste. Même si la base de ton message est fondée, tu en profite pour inclure toutes sortes de théories farfelues qui nuisent à ta crédibilité.

    Il faut s’en tenir au faits, sinon, nous ne sommes pas mieux que les environnementeurs.

  17. Manx dit :

    « Il faut s’en tenir au faits, sinon, nous ne sommes pas mieux que les environnementeurs. »

    Je suis parfaitement d’accord avec ça, Christian. C’est pourquoi tu devrais à nouveau retirer l’image qui induit le public en erreur et qui se trouve dans ce billet.

    Elle a systématiquement les mêmes données sur le graphique; on a simplement changé la couleur du rouge et on a changé les années en question (1400-1982 en haut, 1400- 1953 en bas).

  18. Ca indique une partie de ce qu’ils ont fait, c’est à dire ne pas tenir compte des dernières années. Le graphique n’est pas le graphique réel, je n’ai pas accès au données, mais je crois que c’est assez près de la réalité, dans le sens qu’ils n’utilisent les données que jusqu’à une certaine époque, pas les années suivantes puisque ça montrerait un déclin des températures.

  19. @ Rioux.

    Nathalie Elgrably dit clairement la même chose que David C., dans sa dernière chronique, et elle cite, elle-aussi, Lord Christopher Monckton: http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=780

  20. Simon Bernier dit :

    Ca ne t’es jamais venu à l’idée que Nathalie Elgrably a un agenda politiqeu et qu’elle n’est pas crédible ? Que les économistes ne sont pas les mieux placé pour parler de science (les libéralisme ont leur propre religion…)

  21. Christian Rioux dit :

    Parce que selon toi, Monseigneur Glibeault, Greenpeace et cie, il n’ont pas d’agenda? Tout ce qu’ils font est dans l’intérêt de la vérité?

    Ce que je tente de démontrer c’est qu’il n’y a pas de consensus sur les changements climatiques, et que le lobby écolo tente d’étouffer ceux qui les contredisent. Ce que je souhaite c’est que les hypothèses et théories de chaque coté soient évaluées de façon objective et non partisane, afin qu’on sache à quoi s’en tenir. Pour le moment ce n’est pas le cas, Le lobby écolo-religieux est trop fort et empêche une vrai débat.

  22. Manx dit :

    « Parce que selon toi, Monseigneur Glibeault, Greenpeace et cie, il n’ont pas d’agenda? Tout ce qu’ils font est dans l’intérêt de la vérité? »

    J’espère, mais entre Steven Guilbeault et la jolie Nathalie, je sais en qui j’ai le plus confiance pour parler d’environnement. Et si on me parle de mes RÉER, je sais aussi à qui d’entre eux je ferais confiance.

    « Ce que je tente de démontrer c’est qu’il n’y a pas de consensus sur les changements climatiques, et que le lobby écolo tente d’étouffer ceux qui les contredisent. »

    Bah ça, ce n’est pas vrai.

    « Ca indique une partie de ce qu’ils ont fait, c’est à dire ne pas tenir compte des dernières années. »

    Parce que le modèle de température est basé sur la dendrochronologie et que les années récentes n’ont pas encore atteint leur degré de fiabilité acceptable (vous savez que du bois vieux de quelques années, ça n’a pas encore atteint son degré de dégradation optimal?).

    Je veux bien croire qu’il y a pu y avoir fraude, mais il faut en montrer un exemple flagrant, sans quoi on est aussi pire que les fraudeurs.

  23. @Manx
    Monseigneur Guilbeault, il a un Diplôme en théologie (étude de la religion), en quoi est-ce que ça lui donne la moindre crédibilité en science de l’environnement???

  24. Simon Bernier dit :

    Steven Guilbaut est un porte-parole, il ne fait pas de recherches scientifiques. Un peu comme toi dans le fond, il en parle mais il n’a rien fait sur le sujet.

  25. Quand Mgr Guilbeault parle, la plupart des gens croient qu’il dit la vérité, sans se questionner, parce qu’il se présente conme un « expert ».

    Je ne suis pas un expert, je me renseigne beaucoup, et surtout je suis indépendant parce que je ne suis pas membre d’aucune organisation ou groupe de lobbying.

  26. @ Rioux.

    «Monseigneur Guilbeault, il a un Diplôme en théologie (étude de la religion)»

    C’est encore pire, il n’a même pas le diplôme, il a lâché en cours de route! Steven Guilbeault n’est qu’un gros cancre hippie qui prêche pour la secte environnementeuse avec zéro connaissance dans le domaine et zéro diplôme universitaire dans une discipline quelconque.

    http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/opinions/chronique/200910/21/01-913468-la-prophetie-dandy-warhol-se-realise.php

    @ Simon Bernier.

    Alors, pourquoiest-ce que Guilbeault est considéré comme étant un expert de l’environnement dans les médias, qu’il est le principal conseiller du gouvernement du Québec en matière d’environnement et qu’il est financé à tour de bras par Line «Gaïa» Beauchamp, la ministre de l’Environnement du Québec, hein?

%d blogueurs aiment cette page :