Colloque du PQ : Faux débat sur la langue et l'identité

C’est ridicule ce nouvel épouvantail que Marois a sorti. Forcer les gens à aller au Cégep en français.

Ce que les séparatistes ne comprennent pas, c’est que le Québec n’est pas français. Comme je disais dans un article précédent, le Québec est un amalgame d’immigrants français, anglais, irlandais, écossais, acadiens et loyalistes américains, sans compter les amérindiens. Il faudrait arrêter de parler du « nous » et des « autres » et accepter l’identité québécoise pour ce quelle est: une culture riche influencée par tous ces peuples qui la composent. Regardez votre arbre généalogique bon dieu! La majorité d’entre nous ont de la descendance de tous les peuples immigrants cités ci-haut. C’est ça un québécois de souche! Et c’est sans compter tous les nouveaux immigrants que l’on doit intégrer à notre société. Ils viendront enrichir et redéfinir l’identité québécoise à condition de ne pas les mettre de coté, les « autres ».

Mais les séparatistes aiment bien brasser de la marde, faire peur aux anglos et tenter de justifier leur option avec la peur de l’assimilation anglophone (qui est inexistante). Pour que ça aille bien pour le PQ et pour l’indépendance, il faut que ça aille mal pour le Québec, alors tant qu’ils peuvent brasser de la marde et provoquer des crises, ils pensent aider leur option. Sauf que les gens commencent à voir dans leur jeu. Pourquoi croyez-vous que Charest en est à son 3e mandat? Parce que qu’il est la seule option viable. Les gens de veulent pas du PQ et encore moins de Marois et l’ADQ est en phase terminale.

Ce n’est pas cette pseudo-controverse fabriquée de toute pièces qui va redonner de la crédibilité au PQ.

Publicités

36 Responses to Colloque du PQ : Faux débat sur la langue et l'identité

  1. Tym Machine dit :

    Je crois que le PQ se magasine une autre défaite pour 2012.

    Facile pour un week-end chez Bernie Landry de critiquer les autres quand à l’instar du personnage du film, tu es mort politiquement parlant. Quand il était premier ministre et que c’était le temps de le faire, il ne l’a pas fait sachant que c’était du suicide politique compte tenu du nombre élevé de francophones qui fréquentent les cegep anglophones. Rien qu’à Champlain quand j’y étais, la moitié de la population étudiante était francophone.

    Maintenant qu’il se retrouve avec les belles mères du PQ, il chiâle après les autres pour qu’ils le fassent. Un vrai peureux de mange-marde ce Landry.

    Ça me fait penser au jeune qui arrive sur le gros tremplin et qui rebrousse chemin sans sauter parce qu’il a peur de sauter de haut et qui une fois en bas crie des noms aux autres en les traitant de poules mouillés parce qu’ils refusent de sauter.

    Quant à la crise linguistique, c’est du n’importe quoi en barre. Qu’est-ce qu’on nous propose qui n’a pas déjà été fait? Une nuit de cristal où l’on lancera toute la nuit des cocktails molotov à travers les vitrines des commerces qui ne respectent pas la loi 101 dans le West Island de Montréal???

    Comme Lapierre disait leurs conneries d’en fds, c’est pour prêcher à la paroisse, pour galvaniser les troupes et crinquer les membres et non pour proposer à la population de vrais projets de loi. Cependant, 2012 n’est pas si loin et les gens ont eu en fds la vraie nature du PQ, un parti qui pique les idées extrémistes du Parti Indépendantiste pour les inclure dans son programme. Gang de dangereux extrémistes.

  2. Tym Machine dit :

    « Pourquoi croyez-vous que Charest en est à son 3e mandat? Parce que qu’il est la seule option viable. »

    Que c’est donc vrai ça. Regardons Tremblay à Montréal par exemple.

    Comme un anglais l’écrivait si bien, les anglos et bien des allos aussi préfèrent de loi la corruption à la puissance 1000 que la souveraineté même à la petite cuillère.

    Ça augure très très mal pour notre démocratie, très mal mais c’est dans ce marasme constant que les péquistes aiment bien nous plonger ad vitam eternam et cela tant que 30% de la population demeurera des excités de la souveraineté.

  3. Casimir dit :

    @Monsieur Rioux,
    @Tym Machine,

    Toujours aussi respectueux de l’opinion des autres et de la démocratie à ce que je vois.

    Vous confondez nationalité (origine) et langue parlée. Le Québec n’est pas Français. Le Québec a comme langue officielle et langue commune la langue française. Il y a des citoyens de toutes nationalités aux États-Unis. Est-ce que le gouvernement américain fournit une éducation en Espagnol ?

    Je vous donne raison sur un point. Je trouve agaçant la position uniquement identitaire et culturelle du PQ. Pour ma part, je crois que nous devons construire une nation politique ayant comme langue commune le français.

    Bonne soirée!

  4. Christian Rioux dit :

    @Casimir
    J’ai de la difficulté avec cette idée. Selon ce que vous en dites, on pourrait être tous islamistes, tant qu’on parle français, ca serait correct. C’est pourquoi le PQ favorisait les immigrants francophones, ce qui a favorisé les africains du nord, anciennes colonies françaises a majorité musulmane.

    Je préfère les anglos, au moins ils ont les mêmes valeurs que moi.

  5. Casimir dit :

    Bonjour monsieur Rioux,

    Vous déformez mes propos. Je ne vous pas le lien avec l’islamisme dans mon dernier commentaire. J’ai parlé d’une nation politique ayant le français comme langue commune. C’est-à-dire que les anglophones et les allophones maîtrisent la langue française afin de communiquer dans l’espace public. La langue française comme ciment social.

    Bonne journée!

  6. Gilles Laplante dit :

    @Casimie,
    Aux États-Unis, si vous voulez faire instruire vos enfants en espagnol, rien ne vous en empêche. L’instruction, aux États-Unis, ce n’est pas que l’affaire de l’État. Mais hors-Québec, tout le monde sait que si tu veux un avenir il faut connaître l’anglais.

  7. Christian Rioux dit :

    @Casimir
    Vous n’avez pas mentionné les islamistes, mais en général les séparatistes disent que si un immigrant (ex: musulman) parle français c’est un québécois bien intégré, alors qu’un québécois anglophone dont les racines remontent jusqu’au début de la colonisation ne sera jamais un « vrai ». Par exemple: Leonard Cohen est un montréalais, juif et anglophone. Donc selon la majorité des séparatistes, il n’est pas québécois. L’avez vous déjà vu en nomination dans un gala?

    La langue ne peut pas et ne sera jamais la seule chose qui définit notre identité. Nos valeurs sont bien plus semblables aux canadiens-anglais qu’aux français de France, algériens ou autres immigrants francophones.
    La solution pour l’intégration ne peut pas passer uniquement par la langue, et c’est là que le PQ se mets le doigt dans dans l’oeil.

  8. En FRANCE, certains politiques au pouvoir nous abssinent avec ce qu’ils appellent « L’Identité Nationale ».
    J’aimerais qu’ils méditent sur ce que tu dis :
    « Québec est un amalgame d’immigrants français, anglais, irlandais, écossais, acadiens et loyalistes américains, sans compter les amérindiens. Il faudrait arrêter de parler du “nous” et des “autres” et accepter l’identité québécoise pour ce quelle est: une culture riche influencée par tous ces peuples qui la composent. »
    Je suis allé 6 ou 7 fois au QUEBEC et ce qui me plait chez vous, en plus des paysages, c’est le cosmopolisme que tout le monde ou à peu près accepte. Ce n’est pas le cas en FRANCE.

  9. Christian Rioux dit :

    @Jacques Ambroise
    Malheureusement, il y a encore 30-40% de la population du Québec qui n’a pas encore compris ça. Pour eux, ils sont un peuple français conquis par les méchants anglais, leur ennemi de toujours. Ils se prennent pour le village gaulois et jouent à la victime. Pour eux, les anglophones vivant au Québec sont toujours considérés comme des envahisseurs.

    Malheureusement ils vivent dans le passé et n’ont jamais réalisé que la France a abandonné une minuscule colonie aux mains des anglais (beaucoup plus nombreux) pour concentrer ses forces dans ses colonies plus au sud. Comme j’ai déjà dit précédemment, à cette époque, les grands empires jouaient une partie de Risk et les colonies changeaient de main, comme la Floride ou la Nouvelle-Orléans.

    Pourquoi est-ce que les descendants de quelques colons français qui étaient ici en premier auraient-ils des droits plus importants que les descendants de colons d’autres pays arrivés quelques années plus tard, et qui ont travaillé à développer ce pays tout autant qu’eux?

  10. Poukoi dit :

    Voici un STRICTEMENT montréalais. S’il en est un ailleur que dans la métropole, le pourcentage d’endroit où le français n’est pas prédominant est plus que négligeable.

    Pourquoi est-ce qu’un parti Provincial vient parler au nom de la province pour un problême municipal.

    Arrêtez d’essayer de vouloir créer un sentiment d’appartenance à Montréal pour les autres québécois et surtout arrêtez d’essayer de nous faire croire que Montréal C’EST le Québec, C’EST FAUX! Montréal a ses problêmes pis c’est à Tremblay de les régler. Pas à la Marois du calisse. Voulez-vous entendre parler des égouts de Lorretteville? Non? Ben moi non plus je veux pas entendre parler de votre problême de division culturelle. Réglé un problême de division par la division n’est pas très brillant à la base. Le PQ fait de la petite politique minable. Si Pauline, tu veux acheter la paix avec tes ostis de fuckés extremo-terroriste-du-caliste, fais le pas dans ma TV!!! Décriss sur ton stage dans ton église pis sacre nous patience. Amen

  11. Caligula dit :

    *** en général les séparatistes disent que si un immigrant (ex: musulman) parle français c’est un québécois bien intégré, alors qu’un québécois anglophone dont les racines remontent jusqu’au début de la colonisation ne sera jamais un “vrai”. ***

    Je fréquente des séparatistes tous les jours et j’en ai jamais entendu un seul affirmer cette connerie. Ton cerveau surchauffe.

    En passant aux States, dans plusieurs États, ils étudient la possibilité d’une loi 101 qui protégerait l’anglais contre l’espagnol…

  12. Caligula dit :

    C’est juste normal de protéger son identité. Tous les peuples le font.

    Les fédés tentent de nous faire passer pour des racistes là-dessus mais ils ne se basent sur rien de concret. Leur argument est un gros sophisme malpropre qui sent la raclure de fond de baril.

  13. @Caligula
    C’est pourtant exactement ce que disait Falardeau. Et c’est pourtant exactement ce que le PQ a fait en favorisant l’immigration en provenance de pays francophones.

    Eet je n’ai pas parlé de racisme, au contraire. A moins que tu considères les anglophones comme une « race »

  14. Poukoi dit :

    @Caligula

    ***C’est juste normal de protéger son identité.***

    Premièrement; à l’adolescence, peut-être que ton identité peut être fragile mais là…?

    deuxièmement; Si tu crois ton identité en péril à Québec ou trois-rivière ou n’importe où à l’exterieur de la planète Montréal, tu te gourre ou tu est est extrémiste anti-différence red-neck du calisse.

    Donc, si tu as un problême à : MONTRÉAL. Règles ton problême à l’hotel de ville de MONTRÉAL! ce n’est pas un vrai problême provincial, c’est une excuse à capitale politique qui setransforme, au niveau individuel, en pension à vie par des fonds publics!

  15. Caligula dit :

    Poukoi (l’expert en sophismes)

    J’habite en campagne. Lâche-moi avec Montréal. Faut être aveugle pour pas voir que le Québec traverse une crise identitaire.

  16. Caligula dit :

    *** C’est pourtant exactement ce que disait Falardeau. ***

    Faux. Sa pensée était plus nuancée. Ta conclusion se base donc sur une fausse prémisse.

  17. Christian Rioux dit :

    Falardeau nuancé? Pardonne-moi le temps que je me roule par terre quelques minutes…..

  18. Poukoi dit :

    @Caligula

    ***Poukoi (l’expert en sophismes)

    J’habite en campagne. Lâche-moi avec Montréal. Faut être aveugle pour pas voir que le Québec traverse une crise identitaire.***

    Je continuerais en disant : ou il faut vivre en campagne pour voir à la télé de Montréal que le Québec est en crise identitaire et ne pouvoir se fier que sur cet source pour tirer des conclusions! Si tu marches à Québec ou dans la Beauce ou dans la Mauricie ou whatever, tu n’as pas de problême d’affichage unilangue anglaise. Ni de resto Libanais qui parle libanais, ni quartier chinois qui parle vietnamien. Ni de méchants anglais qui font pluss d’argent que toi. Il est où le problême? Il est dans la bouche d’artiste déguisé en « campagnard full de poil » qui dépendent des sucventions canadiennes pour justifier leur existence leur permettant de passer à la TV! Ils seraient tellement plus BIG ces minables dans un plus petit pays!

    Pour ce qui est de ton argumentaire…C’est plutôt maigre.

  19. Gilles Laplante dit :

    Falardeau nuancé? Aujourd’hui peut-être… mais jamais de son vivant.
    Quelqu’un qui vie en campagne sait qu’il n’y a pas de crise identitaire hors Montréal. L’affirmer c’est soit ne pas vivre en campagne ou être de mauvaise foie.

  20. Poukoi dit :

    @Caligula

    Je pousserais même jusqu’à dire que le problême identitaire MUNICIPAL de MONTRÉAL n’est même pas assez gros pour que les montréalais se vote un chef péquiste! ha!

    M’as-tu vraiment dis que ma ligne argumentaire était fondée sur rien de concret?

    Si tu veux des exemples de centralisation des perceptions face à un problême inexistant dans le but ultime de transmettre la naissance d’une appartenance au dit problême d’à côté, dis-lé man! M’a tant servir un paragraphe! Si t’as compris celui là…J’espère que ce n’était pas du charabia inintelligible comme tu dis!

  21. Caligula dit :

    *** Pardonne-moi le temps que je me roule par terre quelques minutes….. ***

    C,est normal que tu te roules par terre. Comment un gars qui se prononce sur Falardeau sans même avoir lu un de ses livres pourrait faire autrement?

    L’écriture est la meilleure façon de nuancer et de clarifier ses idées. Falardeau avait une plume imagée et naturelle. Et c’était limpide.

    Celui qui manque de nuance n’est pas Falardeau mais toi.

  22. Caligula dit :

    Poukoi

    Et pourquoi je ne serais pas solidaire de mes frères québécois qui habitent Montréal?

    Tu crois que ce qui se passe à Montréal va toujours rester sur l’île? Belle pensée magique. Montréal c’est plus de la moitié du produit intérieur brut du Québec.

    Chie sur les Montréalais si ça te chante, moi je suis reconnaissant qu’ils viennent dépenser leur argent chez nous et qu’ils paient toutes ces taxes pour les routes de ma région. Et je me sens concerné par leurs problèmes.

  23. Caligula dit :

    *** le problême identitaire MUNICIPAL de MONTRÉAL n’est même pas assez gros pour que les montréalais se vote un chef péquiste! ***

    Bien sûr. Et l’ADQ n’a jamais connue de poussée de croissance lorsqu’elle s’est mise à parler d’identité et d’accodements déraisonnables.

    Après la commission B&T qui n’a rien réglée, faut être aveugle en ta pour nier le problème. Promène-toi un peu sur les blogues et tu verras que le sujet est abordé en masse et qu’il est inépuisable.

    Et pas juste sur les blogues. Les conversations sur la rue, au dépanneur, avec le voisin, le collègue…

    Le monde ordinaire se soucie de ces problèmes, et celà malgré les idéologues comme toi qui tentent de les balayer sous le tapis en niant leur existence.

  24. Poukoi dit :

    Bon!!!!

    On lui a fait dire! Un problême MUNICIPAL et non provincial.

    Une télé MUNICIPALE qui a un rayonnement et une influence provincial.

    Un parti provincial qui se fait du capital avec une cause MUNICIPALE.

    Et un campagnar qui sent qu’il faut séparer un Québec de 7 millions d’habitant du méchant Canada car une minorité d’habitant demeurant dans une ville de 2.5 millions profite du système médiatique pour se payer des pensions.

    En passant la comission B&T c’est un tout autre débat dont le seul coeur est la laïcité.

    Et ce n’est pas en se promenant voir l’opinion des autres qu’on doit se faire la sienne. Bien que beaucoup de gens on une opinion grâce à Steven Guilbeault ou Daniel Lemire ou France Beaudoin et même l’intouchable Guy A.

    ***Le monde ordinaire se soucie de ces problèmes, et celà malgré les idéologues comme toi qui tentent de les balayer sous le tapis en niant leur existence.***

    1-Le monde influencable s’approprient des problêmes qui ne sont pas à eux.
    2- Les gens qui vivent ces problêmes pour vrai ont l’outils qu’ils leurs faut et çà s’appelle; l’hotel de ville de Montréal.
    3-De mettre au juste niveau sur l’échelle de Richter le problême de division culturelle de Montréal n’est pas « le balayer sous le tapis ». Et hum….Parenthèse: Ce n’est pas non-plus « chier sur les montréalais ».
    4-D’ouvrir les yeux face à la véritable supercherie qu’est de payer pour un parti dont l’existence repose sur l’exagération et la manipulation est le seul cadeau que je puisse tenter de te faire.

    Peace Love and Reason.

  25. Christian Rioux dit :

    Poukoi a raison sur un point important sur lequel j’ai failli faire un billet à plusieurs reprise: La Montréalisation des médias.
    95% de la population du Québec s’en contrefout de savoir qu’un dos d’âne n’a pas été peinturé dans un quartier de Montréal et que c’est dur sur les amortisseurs des voitures. Sacrament, ils en ont parlé pendant deux jours à la télé!

    Au moindre accrochage qui fait un blessé, on a des images pendant deux jours, mais quand un gros accident fait des morts en région, la plupart du temps il n’y même pas d’images, seulement un texte dans la bande en bas de LCN ou RDI. On s’en fout des problèmes de Montréal. Montréal n’est pas le Québec! Pourtant ils coupent de plus en plus dans les stations régionales.

    Montréal a un problème d’intégration des immigrants. La plupart des immigrants s’installent à Montréal, mais les francophones apeurés se réfugient dans les banlieues. L’intégration des immigrants à leur ghettos respectifs est plus facile que l’intégration à la majorité québécoise parce que cette dernière est de plus en plus absente à Montréal. Dans les les régions, les anglais et les immigrants sont très bien intégrés et souvent assimilés. Intégrés ne veut pas dire non plus qu’ils doivent renier leur identité.

    Alors OUI c’est un problème uniquement montréalais, et c’est pourquoi le PQ ne fera plaisir qu’à son aile radicale et à quelques montréalais.

  26. Gilles Laplante dit :

    Génial, prêt à mentir pour être solidaire. On se croirait au Climategate.

  27. Caligula dit :

    Poukoi

    *** Et un campagnar qui sent qu’il faut séparer un Québec de 7 millions d’habitant du méchant Canada car ***

    Trois sophismes en partant. Décidément discuter avec toi ou avec mes pieds c’est pareil.

    Le méchant Canada? Le Canada n’est pas méchant, où vas-tu chercher ça?

    Et tu crois que les gens qui se soucient de ces problèmes ne sont pas capable de forger leur propre opinion? Quelle condescendance. Continue à péter de la broue avec tes airs de supériorité. Le peuple est moins con que tu le crois.

    **** Les gens qui vivent ces problêmes pour vrai ont l’outils qu’ils leurs faut et çà s’appelle; l’hotel de ville de Montréal. ****

    Trop drôle, l’hotel de ville de Montréal un outil pour les citoyens… Grand naïf, va. Le problème concerne le gouvernement du Québec, pas le municipal.

    Et quoi que tu en dises, les fédés tentent par tous les moyens de balayer le problème sous le tapis. Tu ne fais pas exception à la règle.

  28. Caligula dit :

    Christian

    *** La Montréalisation des médias. ***

    Montréal et les Montréalais n’ont rien rien a y voir. Blâme l’entreprise privée et ses idées de convergence. Pier-Karl est bon là-dedans, la convergence.

  29. Poukoi dit :

    @Calicouagan

    ***Trois sophismes en partant. Décidément discuter avec toi ou avec mes pieds c’est pareil. ***

    Je me doutait bien qu’une partie de ton anatomie devait s’appeller « Sophisme ». Et c’est encore plus « hard » que ce je pensais…

    ***Le méchant Canada? Le Canada n’est pas méchant, où vas-tu chercher ça?***

    Puisque le premier degré semble être le seul que tu comprenne voici mon explication: Cali-n’amour, quand le monsieur il a dit : méchant Canada…C’était une image! Oui oui!!! Une image, c’est une caricature ou un raccourcis qu’on peut faire, dans ses mots, pour que le monsieur ou la madame qui lit puisse comprendre le sens dans lequel tu parlais rapidement. Je vais te donner un exemple:

    « Et un campagnar qui sent qu’il faut séparer un Québec de 7 millions d’habitant du méchant Canada car une minorité d’habitant demeurant dans une ville de 2.5 millions profite du système médiatique pour se payer des pensions.  »

    Ça, çà représente l’absurdité de cibler le pays du Canada comme entité qui mérite qu’on s’en sépare. C’est pour ça que le monsieur qui parle « trop compliqué » a dit :méchant Canada! Tu comprend mieux maintenant? Ouf…On fais-tu de la plasticine, çà nous reposerait avant la sieste?

    ***Et tu crois que les gens qui se soucient de ces problèmes ne sont pas capable de forger leur propre opinion? Quelle condescendance***

    Les gens de Montréal qui se soucient de leur problême sont des gens enguagés!
    Les gens qui s’approprient les problêmes de Montréal mais qui ne les vivent pas fondamentalement mérite de relire mon post.
    Je ne leur crache pas dessus. Je ne suis pas meilleur cuisinier, conducteur, parent ou monteur de structure en papier maché qu’eux, mais sur ce point, je crois avoir un p’tit morceau de conscience à leur apporter.
    Je ne ***péte pas de la broue avec mes airs de supériorité***. Je ne suis qu’objectif, ne t’en déplaise.

    ***Trop drôle, l’hotel de ville de Montréal un outil pour les citoyens… Grand naïf, va. Le problème concerne le gouvernement du Québec, pas le municipal.***

    Croire en l’appareil Provincial est juste et croire en l’appareil municipal c’est être naïf.??? J’aimerais savoir quel numéro de bus il faut prendre pour te voir toi?! Je crois qu’elle a une bouche et qu’elle chante en suivant le rythme en frappant le sol avec ses pneu en alternance….la lala, la . lala…?!?
    Relis mon post au lieu de relire les tiens, ouvre ton esprit et respire.

    ***Et quoi que tu en dises, les fédés tentent par tous les moyens de balayer le problème sous le tapis. Tu ne fais pas exception à la règle.***

    Écoutes…ouffffffffffffffffff. Quand j’ai dis :

    « 3-De mettre au juste niveau sur l’échelle de Richter le problême de division culturelle de Montréal n’est pas “le balayer sous le tapis”. »
    Est-ce que tu était tombé dans la lune en reluquant le profond regard en noir et blanc de René sur le posteur accroché en arrière de porte de chambre?  »
    Ce que je t’ai servit, Oh spécialiste de la décortiquificatiqurication du dialogue grec, çà s’appelle : une explication! Et ce que je dis dans une EXPLICATION, c’est pour expliquer mon propos quand mon interlocuteur me demande des précisions face à celui-ci ou que je ressente le besoin de faire de tels précisons. Quand l’interlocuteur répète le même discours qu’avant l’explication, ca veut dire qu’il n’écoute pas.

    Alors en final voilà ce que je répond à celui qui n’écoute pas:…

  30. Jean-Philippe dit :

    Cher Christian,

    Je dis « cher » car je suis très souvent en accord avec toi, que je partage bien de tes points de vues et que je souhaite que mes propos ne soient certainement pas interprétés comme des attaques.

    Je suis de droite, originaire de l’Europe et vivant au Québec depuis plus de huit ans. Je suis donc, comme tu le dis assez justement, issu d’une certaine « diversité » (que je haïs ce mot !) qui compose le Québec.

    Mais… le discours que tu tiens me rappelle, malheureusement, les discours tenus par les progressistes de de l’Europe entière, de la plus extrémiste des gauches, jusqu’aux sociaux-démocrates. Cette gauche qui louange ce « brassage des peuples », la négation de l’unité nationale, de l’identité, de la culture et de la langue.

    La gauche française, par exemple, dit à la majorité, aux Français dits « de souche », que le pays, la nation, s’est construite sur l’immigration : l’invasion des « barbares » après celle des Romains, de l’immigration des Polonais, des Portugais, des Italiens et, depuis les années 70, des immigrants issus de l’Afrique du Nord et des anciennes colonies.

    Cette gauche qui défend le « communautarisme » contre l’unité nationale. La mosaïque culturelle contre l’identité de la majorité.

    Comme bien des immigrants, je pense même, objectivement mais sans en avoir les preuves : comme la MAJORITÉ des immigrants, j’ai CHOISIS de m’installer au Québec pour respecter l’identité nationale du Québec, sa langue et sa culture… voire, un jour je le souhaite, faire intégralement partie de cette nation. Jamais je ne demanderais à ce que l’on me mette « à part » de la majorité… je me considère comme un Québécois, d’origine française, certes, mais un Québécois par choix !

    Je ne suis vraiment pas un « gaulliste », mais j’avoue que De Gaulle avait quelques remarques issu du bon sens… Sur l’immigration, De Gaulle a dit un jour : « On accueille un individu et non son pays ».

    Ce n’est pas parce que le PQ tergiverse dans un méli-mélo abscons, souvent réducteur de la nation québécoise qu’il faut rejeter le nationaliste et l’identitarisme. Au contraire ! Il serait dangereux de laisser au PQ le monopole de l’identité nationale : ils n’ont aucun droit de s’approprier ce monopole de la même manière que nous n’avons aucun droit de le leur laisser !

    La langue française, la culture québécoise, l’histoire et celle de la majorité, comme dans n’importe quel autre pays au monde ! La seule différence, et c’est ce qui rend le débat peut-être un peu plus complexe, c’est que le Canada et le Québec se sont fondés récemment et, en grande partie, sur l’immigration française, puis britannique, puis, plus récemment, mondiale.

    Personnellement, mes racines (profondes) sont scandinaves. Mes ancêtres ont envahis une partie de la France avant de s’y installer et de s’y ASSIMILER. Curieusement, rien ne me distinguais, lorsque j’y vivais encore, d’un Français d’origine celte, ou même polonais… aurais-je eu tort ? Est-ce que j’aurais dû revendiquer mes origines contre cette soit-disant « majorité » ?

    Oui, tu vas me dire que ces origines sont anciennes, trop anciennes sans doute pour m’en prévaloir. Et tu auras raison ! Mais à l’époque, mes ancêtres ont choisi de s’assimiler, d’épouser une religion qui n’était pas la leur, mais celle du pays, de la majorité… Ils ont choisis de parler la langue de la France et non la langue des Normands… Dès la PREMIÈRE génération, les seigneurs vikings ont fait leur les habitudes et la culture de la majorité.

    Comme pour les immigrants polonais, portugais, italiens… ce sont les premières années qui ont été difficiles, et c’est bien normal ! Mais aujourd’hui, il est bien difficile de faire la distinction entre eux tellement ils se sont assimilés.

    Certes, c’est bien différent depuis l’arrivée des immigrants « extra-européens » comme on les appelle pudiquement. La différence ethnique, raciale même provoque une différentiation « de facto » entre les « de souche » et les « autres »…

    … mais même là, hormis les extrémistes qui souhaitent que la France devienne une mosaïque culturelle comme l’est le Canada anglais, par exemple, bien des Africains se sont assimilés, plus difficilement, c’est vrai… les torts étant partagés, mais y sont parvenus.

    « Comparaison n’est pas raison » et même si je déteste comparer ce qu’il se passe en Europe avec ce qu’il se passe ici, il en reste pas moins qu’il faut tirer les leçons des erreurs faites par les autres. Tout comme dans une équipe de sport, une compagnie ou une entreprise, une association, un groupe tel qu’il soit… on bâti une identité sur le plus grand commun dénominateur et non, comme on le fait de plus en plus, sur ce qui nous divise, nous différencie.

    J’ai choisi de mettre de côté mes « spécificités », non pas que je les renies, mais que je n’ai aucun droit de les imposer à la majorité. Mes origines ne changerons pas et j’en ai aucune envie d’ailleurs… mais qui suis-je pour imposer mes différences aux autres ? Qui suis-je pour dire, par exemple, « Je suis Français, faque mon dîner il va durer une heure voire deux heures parce que c’est comme ça que je faisais dans mon pays ». Qui suis-je pour dire : je me fous que vous ne compreniez pas certains des termes que j’emploie, c’est ma langue, donc c’est à vous de me respecter ! Non ! Je m’efforce d’employer les termes compris par la majorité, le français du Québec, tout comme je parlerais l’allemand si j’étais en Allemagne, le chinois si j’étais en Chine…

    Pour finir Christian, pose-toi juste une question : si tu avais à vivre dans un pays culturellement différent du tien, comment agirais-tu ? Je parle bien de « vivre », non pas de passer quelques temps en vivant en expatrié.

  31. Je crois qu’il faut différencier l’immigration lors de la fondation de ce pays, qui en a forgé l’identité, et l’immigration mondiale plus récente, qui est plus importante, variée, et qui s’intègre moins puisqu’ils se rassemblent en ghettos. En plus, la gauche que vous mentionnez tente effectivement de promouvoir leur diversité au non de la liberté de religion. On est encore loin des problèmes que vous vivez avec les islamistes qui prient dans les rues, mais on va malheureusement y arriver dans quelques années.

    Ce qui est différent avec le Parti Québécois, c’est qu’ils pensent que la langue est le seul caractère distinctif d’un québécois, ils cultivent la haine des « autres » (ceux qui parlent anglais) opposé au « nous » (ceux qui parlent français). Ce faisant, ils ostracisent des québécois dont la descendance remonte à la colonisation, mais qui parlent anglais, et considèrent comme des « vrais québécois », n’importe qui du moment qu’ils parlent français. Un bel exemple est Leonard Cohen, un musicien montréalais anglophone de renommée mondiale, mais qui n’a jamais gagné aucun prix au Québec, la plupart des québécois ne sont pas capable de nommer une seule de ses chansons tant il est ignoré.

    Qui est le plus québécois? Un anglophone protestant de descendance irlandaise dont la famille s’est installée ici il y a des siècles et dont la langue maternelle est l’anglais, ou alors un immigrant musulman tout juste arrivé du Maghreb qui parle français?

    Eventuellement, le maghrebin s’intégrera peut-être et il deviendra canadien ou québécois, avec les mêmes valeurs de liberté, d’égalité, de laicité de l’état, mais ça prend du temps, une ou deux générations.

    Pour ce qui est de la dernière question, j’aime les langues et quand je discute avec un anglophone, je lui parle souvent en anglais. Je me débrouille avec quelques mots d’espagnol et d’allemand et si j’allais dans ces pays, je m’efforcerais de parler la langue du pays. Par contre, ça ne ferait pas de moi automatiquement un gars du pays. Ca prend du temps à apprendre les us et coutumes d’un pays et de s’y intégrer.

    Les anglo-québécois ont les mêmes valeurs, coutumes, traditions que nous puisqu’elles sont un mélange de nos héritages français, irlandais (musique traditionelle), britannique (système légal et politique, plats typiques) et autres peuples fondateurs. Seule la langue diffère.

  32. B. Vallée dit :

    Oh non ! Pas encore des histoires « d’identité » ! Si vous avez des problèmes « d’identité », suivez une thérapie…

    Ah bon, vous êtes de grands garçons sérieux, vous parlez d’identité « collective ». Oh mais ça, c’est de la projection, comme parler de mes « frères québécois »… Ah, les abstractions ! Plus c’est gros, plus ça colle..

    P.S. Falardeau, ce grand homme « limpide », aurait voulu que je sois son « frère » québécois , mais ça ne me tentait pas vraiment. Que voulez-vous, je n’aime pas les grandes gueules, ni le Hezbollah…

  33. Caligula dit :

    *** Un bel exemple est Leonard Cohen, un musicien montréalais anglophone de renommée mondiale, mais qui n’a jamais gagné aucun prix au Québec, la plupart des québécois ne sont pas capable de nommer une seule de ses chansons tant il est ignoré. ***

    C’est drôle, parce que la plupart des séparatisses que je connais apprécient Leonard Cohen (j’ai une compilation de lui), alors que la plupart des fédés n’ont aucune idée de qui il est.

  34. Caligula dit :

    *** Qui est le plus québécois? Un anglophone protestant de descendance irlandaise dont la famille s’est installée ici il y a des siècles et dont la langue maternelle est l’anglais, ou alors un immigrant musulman tout juste arrivé du Maghreb qui parle français? ***

    Ça dépend… Si ton anglophone, implanté depuis des siècles, ne se considère même pas lui-même comme un Québécois (il y en a beaucoup dans cette situation), vas-tu le considérer Québécois?

    ***et autres peuples fondateurs***

    Selon ton gouvernement fédéral il n’y a que trois peuples fondateurs : Les Français, les Brits et les Amérindiens.

  35. Christian Rioux dit :

    @Caligula
    Comment peuvent-ils se sentir québécois quand certains les considèrent comme citoyens de 2e classe?
    Même des francophones ne se sentent plus québécois, parce que ce noms est utilisé par les séparatistes pour se définir. Personellement, je me considère canadien-français bien plus que québécois.

    Cohen, selon-toi est-il québécois? Si oui, comment se fait-il qu’il n’a jamais été en nomination dans aucun gala au Québec? Parce qu’il est un juif anglophone?

    Quant aux peuples fondateurs, c’est une simplification (avec laquelle je ne suis pas vraiment d’accord): Irlandais, écossais, britanniques, loyalistes = anglais, et Francais, acadiens = francais. Tu aimes ça jouer sur les mots.

  36. Caligula dit :

    *** Comment peuvent-ils se sentir québécois quand certains les considèrent comme citoyens de 2e classe? ***

    De la même manière que les autres de leur communauté qui se sentent Québécois.

    *** Personellement, je me considère canadien-français bien plus que québécois. ***

    C’est ton choix mais pourtant tu seras le premier à brailler le jour où un séparatiste te dira que tu es plus canadien-français que Québécois.

    Pour moi, être Canadien-français c’est accepter l’ignominie du vol d’identité. Nous étions Canadiens bien avant l’arrivée des Anglais. Ils se sont appropriés le terme et, pour nous exclure de leur caste, nous ont donné le terme Canadien-français.

    Ne vois-tu pas la distinction? T’es pas un Canadien, t’es un Canadien-français.

    Pourquoi eux ne se définissent-ils pas comme des English-canadians? Parce qu’ils revendiquent l’identité canadienne.

    Et pourquoi alors font-ils la distinction d’avec les French-canadians? Pour mieux nous exclure.

    L’identité Canadienne est une identité anglophone. Et j’ai beau être anglophile, je ne le suis pas assez pour me transformer en carpette anglaise.

    *** Si oui, comment se fait-il qu’il n’a jamais été en nomination dans aucun gala au Québec? ***

    J’imagine que tu parles de l’ADISQ? Gala qui célèbre la chanson francophone.

    Anyway. La plupart des artistes canadiens-anglais sont ignorés chez eux tant qu’ils ne connaissent pas le succès aux USA.

    *** Irlandais, écossais, britanniques, loyalistes = anglais, et Francais, acadiens = francais. Tu aimes ça jouer sur les mots. ***

    C’est toi qui joue sur les mots. Les Écossais et les Irlandais n’avaient aucune indépendance. Ils étaient inféodés par les Britanniques. L’Écosse et l’Irlande ne sont pas des colonisateurs du Canada qui existait avant l’arrivée des Anglais anyway.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :