Commémoration de la bataille des plaines d’Abraham


Le Président de la CSQ, Réjean Parent, s’insurge contre la commémoration du 250e de la bataille des plaines d’Abraham. Vous pouvez lire ses propos ici:
http://www.csq.qc.net

Il y a deux choses qui m’irritent dans ce dossier, premièrement, pourquoi les syndicats se mêlent-ils toujours de politique. Leur travail c’est de représenter les travailleurs auprès des employeurs, pas de faire de la politique. De quel droit il prend un micro en tant que président de la CSQ pour étaler ses frustrations nationalistes déplacées? Autant pour la CSN qui prenait position pour les palestiniens dans le conflit avec Israël. Qu’ils se mêlent de leurs affaires!

Deuxièmement, il faut avoir un complexe d’infériorité profond pour renier l’histoire. Personne ne s’offusque qu’il y ait un parc de la bataille des plaines d’Abraham, ça fait partie de notre histoire, tout comme le musée de la bataille-de-la-Ristigouche, où le sort de la Nouvelle-France a été scellé un an plus tard. Pour savoir où on va, il faut savoir d’où on vient. Il y aura d’ailleurs aussi plus tard une autre commémoration, pour une autre bataille, celle de Ste-Foye, que les français avaient gagnée.

Pensez-vous que les états du sud des Etats-Unis ne célèbrent pas les mêmes fêtes que le reste des Américains? Pourtant, ils ont perdu la guerre civile non?

Il y aura toujours quelques frustrés pour vivre dans le passé, mais pour une gang de « colonisés » persécutés, vivant « à genoux », on vit assez bien non? Jamais je ne me suis senti persécuté, rabaissé ou à genoux devant personne. Je fais affaire avec des anglophones souvent et pour ceux d’entre nous qui sont capable de passer par dessus la barrière de la langue, il n’y a aucun problème que ce soit. Pour la plupart, ils se débrouillent très bien en français aussi. Et cette barrière est bien artificielle, car qui dans le monde d’aujourd’hui n’est pas capable de se débrouiller en anglais (à part Pauline Marois)?

26 commentaires pour Commémoration de la bataille des plaines d’Abraham

  1. Tym Machine dit :

    Eric Caire de l’ADQ a été le seul à exprimer cet état de pensée colonisé et je le félicite.

    Au Québec, on voit un mot d’anglais et on vient la face bleue. Prenons pour fait le Red Bull Crashed Ice, au secours la langue française est menacée, Red Bush crache sur la langue française comme le disent les suprémacistes de Québec français (hum Montréal français encore la gang de paranos péquistes débarqués de Montréal avec leurs vieux combats des années 70).

  2. Caligula dit :

    En tant que souverainiste je ne vois aucune raison pour m’insurger comme ce monsieur Parent. Il s’énèrve le poil des jambes pour rien et comme tu dis il devrait s’occuper de ses membres syndiqués plutôt que de se mêler de ça.

  3. Caligula dit :

    J’ai repensé à tout ça et je me demande quelle sorte de colonisé peut bien avoir envie de fêter ces événements? M’en fout qu’ils le fêtent, mais je comprends pas leur démarche. Une reproduction théâtrale des viols, pillages, massacres et incendies de fermes et villages avec ça?

    Je veux dire…, on peut se souvenir de notre défaîte sans la commémorer, non? Elle est enseignée à l’école et l’actualité politique ne manque pas l’occasion de nous la rappeler.

  4. Ce sont des évènements qui ont marqué notre histoire. De voir une reconstitution, ça permet de mieux comprendre comment ça c’est passé. Et visuellement, c’est un beau spectacle. Ca se fait ailleurs dans d’autres pays. Aussi c’est une commémoration, non pas une fête. Aux U.S. Ils font une cérémonie de commémoration chaque 11 septembre.

    Et le régime français c’est UNE PARTIE de notre histoire, ça ne se résume pas seulement qu’à ça. Nous sommes aussi britanniques, irlandais, acadiens, écossais, amérindiens etc..

  5. Caligula dit :

    Christian

    *** Aux U.S. Ils font une cérémonie de commémoration chaque 11 septembre. ***

    Feraient-ils cette cérémonie si ce jour là ils avaient perdu leur pays aux mains des islamistes?

    De toute façon ils ne transforment pas cette cérémonie en fête. C’est pour eux un moment de recueillement douloureux.

    Dis moi, est-ce qu’à la commémoration de la bataille des plaines d’Abraham ils vont prononcer les noms des soldats et civils tués ce jour là?

  6. A cette époque, les guerres étaient « civilisées ». Les soldats se rencontraient sur le champ de bataille et ils se tiraient dessus vague après vague, jusqu’à ce qu’un coté abdique.. Il n’y avait pas de civils tués à ce que je sache.

    Et tu ne peux pas balayer sous le tapis les parties de l’histoire qui ne font pas ton affaire. Je te conseille vivement si tu viens en Gaspésie le musée de la bataille de la Ristigouche (vallée de la matapédia) Cette bataille avait eu lieu un an après celle de Québec et c’est cette dernière qui a scellé le sort de la Nouvelle France.

    Pourquoi? Parce que la France a et décidé de mettre ses ressources ailleurs. Il n’y a pas eu de grande bataille, parce que les anglais étaient des dizaines de fois plus nombreux et mieux équipées que les colons français abandonnés par la France.

    Mais ça, les nationalistes l’oublient vite et préfèrent s’imaginer des images de batailles héroïques, alors qu’en réalité, la France a fait une décision politique et économique d’abandonner la nouvelle France, parce que pas assez rentable.

  7. Caligula dit :

    Christian

    *** Il n’y avait pas de civils tués à ce que je sache. ***

    Les civils tués l’ont été par après. Lors des pillages et des incendies de villages le long du Saint-Laurent.

    *** Et tu ne peux pas balayer sous le tapis les parties de l’histoire qui ne font pas ton affaire. ***

    Cette phrase n’a pas rapport. J’ai jamais prôné de les balayer sous le tapis mais de les laisser à leur place : dans les cours d’Histoire.

    Pour le reste de ton message, lors de la bataille en question il y avait longtemps que les colons d’ici ne se considéraient plus Français mais Canadiens. Les nationalistes comme moi se foutent bien de la France. Par contre on ne se complait pas à la diaboliser comme le font certains fédéralistes.

  8. @Caligula
    « Les civils tués l’ont été par après. Lors des pillages et des incendies de villages le long du Saint-Laurent. »

    Je n’ai aucune information à ce sujet. Si tu en as s.v.p. les citer.
    Il y a eu la déportation des Acadiens par les Britanniques, mais ça n’était pas au Bas-Canada (Québec).

    Quand à la « diabolisation » de la France, c’est parce qu’il y a tellement de nationalistes qui se mettent à boire du vin, manger du Camembert et écouter des films français, juste parce qu’ils trippent sur la France. Pourtant la France a abandonné la Nouvelle-France, et ne mérite pas autant d’admiration. Pour moi, la France est un autre pays. Je suis au Canada, pas dans une colonie française

    p.s:
    Tous les pays célèbrent la fin de la 2e guerre mondiale, même les allemands, qui l’ont pourtant perdue.

  9. Caligula dit :

    *** Je n’ai aucune information à ce sujet. Si tu en as s.v.p. les citer. ***

    Il y a plusieurs livres d’Histoire qui parlent de ces exactions. Dans ma famille j’ai des ancêtres qui ont perdu leur ferme et leur bétail à cette époque par les incendiaires britanniques. Quelques-uns qui osaient se défendre ont été abattus ou emprisonnés.

    De toute façon ces méthodes étaient communes. Les Américains y ont goûté lors de leur révolution, et aujourd’hui leur littérature et cinéma populaire y font souvent référence.

    *** Quand à la “diabolisation” de la France, c’est parce qu’il y a tellement de nationalistes qui se mettent à boire du vin, manger du Camembert et écouter des films français, juste parce qu’ils trippent sur la France. ***

    Come on. Comme tout le monde les Québécois ont élargi leurs horizons culinaires. C’est grâce à la mondialisation. Manges-tu du sushi juste parce que tu trippes sur le Japon? Bien sûr que non. Si tu manges du sushi c’est parce que tu aimes ça, point.

    J’aime les fromages fins, le bon vin et effectivement certains films français. Parce que je trippe sur la France? Non. Seulement parce que j’aime la bonne chaire et le cinéma qui s’éloigne des sentiers battus.

    *** Pour moi, la France est un autre pays. Je suis au Canada, pas dans une colonie française ***

    Pour moi aussi la France est un autre pays, comme les USA. Pourtant il ne me viendrait pas à l’idée de mépriser les États-Unis juste parce que certains Québécois veulent se sentir Américains en portant des chapeaux de cow boy, en mangeant des hamburgers ou en allant voir des films américains (tu vois que ta logique sur les français ne tient pas puisque j’aime aussi les chapeaux de cow boy, les hamburgers et certains films américains).

    *** Tous les pays célèbrent la fin de la 2e guerre mondiale, même les allemands, qui l’ont pourtant perdue. ***

    La plupart des Allemands rêvaient de se débarrasser d’Hitler. La comparaison est boiteuse.

    Anyway. Que l’événement aie lieu ou non m’importe peu. Une chose est sûre, je ne ferai pas parti des colons qui iront applaudir le spectacle.

  10. Caligula dit :

    Christian

    *** Quand à la “diabolisation” de la France, c’est parce qu’il y a tellement de nationalistes qui se mettent à boire du vin, manger du Camembert et écouter des films français, juste parce qu’ils trippent sur la France. ***

    Tu devrais cesser de la servir celle-là. De un elle ne tient pas la route. De deux tu as l’air de justifier ton mépris pour la France et ce n’est vraiment pas à ton honneur. Comme si avoir des goûts raffinés était une abobination ou une tare…

  11. Quand je dis « Certains nationalistes », ça n’inclue pas tous les nationalistes. Si tu n’en fait pas partie, tant mieux pour toi.

    Et des produits raffinés il y en a partout, pas juste en France. Et moi du Camembert, je trouve que ça pue, et je trouve pas ça bon. Je n’aime pas moins les français pour ça. Comme tu dis, je ne suis pas plus américain parce que je mange un hot-dog. Je mange ou écoute ce que je trouve bon, tandis que certains consomment ces produits pour se penser plus français.

    Finalement, si je suis dans le coin de Québec lorsque ça se produira, c’est certain que j’irai voir. Mais je ne ferai quand même pas un voyage de 7 heures en voiture juste pour ça🙂

  12. Caligula dit :

    Christian

    *** Et moi du Camembert, je trouve que ça pue, et je trouve pas ça bon. ***

    On se rejoint. Moi non plus j’aime pas le Camembert. Au Québec on fait des fromages bien meilleurs anyway.

    *** tandis que certains consomment ces produits pour se penser plus français. ***

    Doivent être rares ceux qui font ça. Autant que ceux qui mangent un hot dog pour se penser plus Américain. Tu vois, il peut m’arriver de préparer un repas mexicain doublé d’une ambiance du Mexique en faisant jouer de la musique mexicaine, mais je me sentirai pas Mexicain pour autant.

    Anyway. On devrait se compter chanceux d’avoir accès à autant de produits exotiques. Nos parents et arrières-parents n’avaient pas autant de choix.

  13. Tym Machine dit :

    Ce midi en écoutant Gilles Proulx invité à l’émission d’André Arthur, j’ai eu un certain malaise. Je me suis dit, comment Arthur peut-il laisser place à un tel propagandiste du nombrilisme nationaliste français et sympatisant de la suprémacie des indépendantistes alors qu’Arthur est tout le contraire.

    Il faut vraiment qu’André ait un respect pour la longévité de Gilles dans ce métier et qu’il se morde très fort les lèvres pour ne pas l’envoyer chier comme à ses belles années. André est plus soft depuis qu’il se fait imposer une ligne de conduite par les bonzes de TQS.

  14. Caligula dit :

    Tym Machine

    Le temps où ces deux là s’haïssaient est révolu. Ils ont fait la paix depuis belle lurette et aujourd’hui ça m’étonnerait pas qu’ils se fassent des mamours en privé.😉

  15. Les britanniques et les français se sont fait la guerre pendant des siècles, pourtant ça ne les a pas empêchés de faire la paix et par la suite de travailler ensemble, par exemple l’Euro-Tunnel.

    Mais au Québec, il y aura toujours quelques idiots (beaucoup en fait) pour vivre dans le passé et entretenir une haine qui n’existe que dans leur tête.

    Voici d’ailleurs les propos du débile profond Falardeau sur ce sujet :
    http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5gXfzIrPTfmhd4XZS5aYynFK5pOIQ

  16. Alain dit :

    D’ailleurs ils font tellement la paix ensemble maintenant les français et les anglais, pense à Jane Birkins par exemple… ils s’apprête à faire une fête avec reconstitution apolitique de la St-Barthelémy. Le Prince Harry va même se prêter à la reconstitution. cool. Les québécois séparatistes sont des morrons à côté d’eux hen!

  17. Y.Laroche dit :

    À vous tous qui avez l’indignation à fleur de peau avec votre mentalité de colonisé et qui n’avez pas encore accepté la défaite de Montcalm par le méchant Wolfe ce qui a conduit à la perte de la Nouvelle-France aux mains des britanniques.
    À tous les souverainistes qui veulent un pays pour siéger à la table des nations. Ces doctrinaires, dogmatiques et prétentieux qui du haut de leur suffisance s’accrochent au discours de De Gaule comme l’Opus Dei à la Doctrine de la Foi.
    À vous qui savez ce qui est bon pour le peuple.
    Aux ténors péquistes et bloquistes qui poussent les hauts cris pour dénoncer la commémoration du 250e anniversaire de la bataille des Plaines d’Abraham en 1760,
    À Bernard Drainville qui récemment a lâché le morceau. « Nous sommes des souverainistes, des indépendantistes et nous pensons qu’il faut, en quelque part, corriger ce fait historique. Alors l’indépendance sera une façon, comment dire, de mettre un point final à cette expérience, à cet événement de l’histoire ».

    Il serait bon que ces doctrinaires qui veulent corriger l’histoire parlent de la vraie histoire.

    Lorsque la France prend possession du territoire qu’elle dénomme Nouvelle-France en 1608, elle s’approprie un territoire selon les conditions du droit international alors reconnu par les nations d’Europe,
    Elle n’établit pas des relations de droit avec la population autochtone. Les traités passés, au cours des années, avec les autorités coutumières ne constituent pas des accords équilibrés mais, de fait, des actes unilatéraux.
    Or, ce territoire n’était pas vide. Ces grands espaces étaient habités par des hommes et des femmes qui ont été dénommés indiens par ces envahisseurs. Ils avaient développé une civilisation propre, avec ses traditions, ses langues, la coutume qui organisait le champ social et politique. Leur culture et leur imaginaire s’exprimaient dans diverses formes de création.
    Leur identité était fondée sur un lien particulier à la terre. Chaque individu, chaque clan se définissait par un rapport spécifique avec une vallée, une colline, un lac, une embouchure de rivière, et gardait la mémoire de l’accueil d’autres familles. Les noms que la tradition donnait à chaque élément du paysage, les chemins coutumiers structuraient l’espace et les échanges.

    La colonisation de la Nouvelle-France s’est inscrite dans un vaste mouvement historique où les pays d’Europe ont imposé leur domination au reste du monde.

    La relation de la Nouvelle France avec la métropole lointaine est demeurée longtemps marquée par la dépendance coloniale, un lien univoque, un refus de reconnaître les spécificités, dont les populations nouvelles ont aussi souffert dans leurs aspirations.

    Le moment est venu de reconnaître les ombres de la période coloniale, même si elle ne fut pas dépourvue de lumière.
    Le choc de la colonisation a constitué un traumatisme durable pour la population amérindienne.

    Des clans ont été privés de leur nom en même temps que de leur terre. Une importante colonisation foncière a entraîné des déplacements considérables de population, dans lesquels des clans ont vu leurs moyens de subsistance réduits et leurs lieux de mémoire perdus. Cette dépossession a conduit à une perte des repères identitaires.

    L’organisation sociale des autochtones, même si elle a été reconnue dans ses principes, s’en est trouvée bouleversée. Les mouvements de population l’ont déstructurée, la méconnaissance ou des stratégies de pouvoir ont conduit trop souvent à nier les autorités légitimes et à mettre en place des autorités dépourvues de légitimité selon la coutume, ce qui a accentué le traumatisme identitaire. Simultanément, le patrimoine artistique indien était nié ou pillé.

    A cette négation des éléments fondamentaux de l’identité des premières nations se sont ajoutées des limitations aux libertés publiques et une absence de droits politiques, alors même que les autochtones avaient payé un lourd tribut à la défense de la France contre les britanniques.

    Les amérindiens ont été repoussés aux marges géographiques, économiques et politiques de leur propre pays, ce qui ne pouvait, chez un peuple fier et non dépourvu de traditions guerrières, que provoquer des révoltes, lesquelles ont suscité des répressions violentes, aggravant les ressentiments et les incompréhensions.

    La colonisation a porté atteinte à la dignité des premières nations qu’elle a privées de son identité. Des hommes et des femmes ont perdu dans cette confrontation leur vie ou leurs raisons de vivre. De grandes souffrances en sont résultées. Il convient de faire mémoire de ces moments difficiles, de reconnaître les fautes, de restituer aux premières nations son identité confisquée, ce qui équivaut pour lui à une reconnaissance de sa souveraineté, préalable à la fondation d’une nouvelle souveraineté, partagée dans un destin commun.

    Voilà la vraie histoire. (Nounou)Marois & (qu’essé-sé) Duceppe ainsi que tous leurs disciples, sont à mon avis, loin de la réalisation de leurs rêves, à moins bien sur qu’ils changent leurs attitudes
    On ne bâtit pas un pays en cultivant la hargne contre des gens mais en cohabitant avec ceux-ci et en portant un regard différent, marqué par une grande compréhension.

    Pourquoi la défaite d’une empire colonialiste qui a imposé sa domination en refusant de reconnaître les spécificités et les droits des Premières Nations, serait aujourd’hui une raison pour corriger l’histoire et faire l’indépendance du Québec? Est-ce que vous vous souciez des droits des Premières Nations dans votre démarche? Évidemment non, vous agissez comme ces colonisateurs venu de France sans égard à leurs spécificités.
    Vous avez dépossédés un peuple de son territoire, vous avez commis des sévices envers les Amérindiens et aujourd’hui vous venez pleurniché. Dommages que les scalps ne soient plus à la mode.

    Si Me. Drainville regrette le déroulement de l’histoire, je lui suggère de communiquer avec une ambassade Française, il y a encore beaucoup de (DOM-TOM) » Département Outre Mer » ou « Territoire Outre Mer », qui sont sous souveraineté française et qui pourrait l’accueillir.
    La Guadeloupe, la Guyane Française, la Martinique (là où la châtelaine Marois aime bien passer ses vacances avec des Martiniquais pour la servir), à moins qu’il préfère les Îles St-Pierre & Miquelon.

    En conclusion, que le général Montcalm sous les ordres de sa majesté le roi de France ait perdu la bataille en 1759, je m’en cris… comme dans l’an quarante, J’espère que La Commission des Champs de bataille fera la commémoration. Cette bataille de 1760 est une bataille parmi tant d’autre. Même la France commémore la défaite de Napoléon à Waterloo.
    Questions pour ces hurluberlus qui veulent corriger l’histoire: En supposant que Montcalm ait gagné la bataille, que serait-il arrivé de la Nouvelle France lors de la Révolution Française qui a eu lieu quelques années plus tard, est-ce que toute la Royauté qui dirigeait la France, Louis XV1 et sa monarchie absolu de droit divin, est-ce que cette noblesse crapuleuse se seraient réfugiées ici dans sa colonie d’outre mer pour éviter la guillotine?
    Bon Dieu on l’a échappé belle. Vive le Général Wolfe.

    Et si au lieu du Général Montcalm c’aurait été le Général De Gaule, pensez-vous M.Drainville que……et blablabla…blablabla ?

    Pour terminer je me dois de révéler à Duceppe et Marois « Le Mystère de Québec » mais ça doit rester entre-nous.
    La personne qui se cache sous le Bonhomme Carnaval et bien c’est « roulement de tambour » l’arrière arrière arrière arrière…….. petit fils de Wolfe.
    C’est Bonhomme lui-même qui me l’a dit.

  18. En complément, article de la presse d’hier:
    http://www.cyberpresse.ca/opinions/forums/la-presse/200901/30/01-822463-une-victoire-de-montcalm-naurait-rien-change.php

    « 

    Philippe Navarro

    Un quart de millénaire s’est écoulé depuis la bataille des Plaines. Le Québec serait depuis un pays conquis. Une France en miniature qui, à la suite du désastre de mai 1940, attend toujours le juin 1944 qui la libérera du joug étranger. Le psychodrame sur la venue d’un «Anglais sur les Plaines», l’été dernier, a donné la mesure de l’instrumentalisation de ce mythe fondateur. La reconstitution de la bataille, prévue dans le cadre des célébrations, provoque déjà le malaise. Et si cet événement n’avait tout simplement pas la signification qu’on lui prête de part et d’autre?

    La bataille de Québec ne scelle pas l’issue de la guerre

    Le 13 septembre 1759, Montcalm perd la bataille de Québec. Y a-t-il pour autant conquête? Il faut se garder de confondre a posteriori la succession des événements et leur causalité. Le lien entre la victoire de Wolfe et la passation de la Nouvelle-France sous régime anglais, le 8 septembre 1760 (confirmée lors de la signature du Traité de Paris en février 1763), semble évident. Mais encore?

    La bataille des Plaines est un épisode décisif du théâtre nord-américain de la Guerre de Sept ans (1756-1763), qui oppose notamment la France à l’Angleterre. Or, la bataille de Québec ne scelle pas l’issue de la guerre, qui embrase l’Europe et fait rage jusqu’aux Indes. Si tel avait été le cas, elle aurait pris fin à Québec. Cette guerre mondiale ne se joue pas en Amérique mais bien en Europe, tout comme la Seconde Guerre mondiale ne se joue pas en Afrique du Nord, malgré l’importance de ce théâtre.

    Envisageons le statut de la Nouvelle-France, dès lors, sous l’angle de quatre scénarios dictés par la logique: la France gagne la bataille de Québec et gagne la Guerre de Sept ans; la France perd à Québec, mais gagne la guerre; la France gagne à Québec, mais perd la guerre; la France perd à Québec et perd la guerre.

    Aussi étonnant que cela puisse paraître, aucun de ces scénarios ne garantit à la Nouvelle-France de rester française. Dans le pire des scénarios – le quatrième, qui s’est avéré – la vallée du Saint-Laurent aurait pu ne pas passer aux mains des Anglais. Paradoxal? Non, puisque ce scénario s’applique aux Caraïbes. Ce cas démontre que ni le résultat d’une bataille ni même l’issue du conflit dans son ensemble, n’ont suffi à dicter le sort d’une colonie française en Amérique.

    La Guadeloupe est aussi «conquise» par les Anglais… en 1759. Plus tard tombera la Martinique. Ces îles seront, comme la Nouvelle-France, placées sous un régime d’occupation anglais provisoire jusqu’à la signature du Traité de Paris. Elles sont pourtant toujours françaises.

    La France doit faire des choix

    Même perdante en 1763, la France conserve assez de marge de manoeuvre diplomatique pour reprendre des Anglais certaines de ses possessions du Sud. La défaite (de la guerre dans son ensemble) oblige la France non pas à tout céder, mais à faire des choix. Elle choisit d’abandonner temporairement la Nouvelle-France; on oublie commodément qu’elle reconquérait une large portion de cet immense territoire aux côtés des Américains 20 ans plus tard.

    Le choix de sacrifier la Nouvelle-France au profit des Caraïbes est la faute de Louis XV que Charles de Gaulle, pénétré d’histoire, a voulu racheter en 1967.

    Même en formulant l’hypothèse complaisante à l’effet que la France perdante de la Guerre de Sept ans n’a «pas le choix» de céder la Nouvelle-France sous occupation provisoire, il n’en reste pas moins que l’issue des batailles en Amérique n’y aurait rien fait. Montcalm aurait gagné à Québec que la Nouvelle-France aurait été cédée quand même.

    Pour garder le Canada, au final, il faut que la France gagne la Guerre de Sept ans. Mais encore, pas forcément! La France perdante ne cède pas tout. Une Angleterre perdante aurait pu, elle aussi, négocier une sortie honorable… En obtenant, par exemple, en retour de quelque concession coloniale, un prix de consolation auquel elle tenait manifestement plus que la France… comme la vallée du Saint-Laurent.

    Les Québécois savent trop bien que la France a abandonné ses «arpents de neige».

    Ces discours victimaires, geignards, aux lourdes résonances balkaniques, affaiblissent le mouvement indépendantiste davantage qu’ils ne le renforcent. Personne ne veut s’associer à des «conquis»… Qui, en plus, n’en sont même pas!à

    Titulaire d’une maîtrise en sciences politiques, l’auteur est un ancien attaché politique du Parti québécois.

    « 

  19. Eric Michaud dit :

    Les Plaines d’Abraham, une Conquête? Vraiment?

    Évidemment, il y aura toujours des gens trop sensibles, chauvinistes et un tant soit peu opportunistes et sensationnalistes. Peut importe de quel côté on se range : indépendantiste acharné ou fédéraliste convaincu, on dirait que ça devient « à la mode » de s’opposer à la commémoration de la bataille des plaines d’Abraham, comme c’est à la mode de dénigrer le Bye Bye.
    Maintenant Pierre Falardeau s’en mêle! En entrevue à La Presse Canadienne plus tôt cette semaine, Pierre Falardeau s’est déchaîné contre le projet de la Commission des champs de bataille de présenter à l’été une reconstitution «en temps réel» de la défaite des troupes françaises de Montcalm sur celle de l’Anglais Wolfe. [sic] Le même réalisateur qui n’a aucun problème par contre à produire un film sur la défaite des Patriotes et à illustrer leur pendaison. C’est pourtant bien une reconstitution d’une grande défaite de chez-nous! C’est de cela que je parle quand je mentionne le terme opportuniste.
    Une perspective historique…
    Les Québécois devraient être en colère pour une toute autre raison que la victoire des Britanniques. Pourquoi personne ne fait mention que pendant cette guerre, la France a abandonné la Nouvelle-France. Nous devrions être beaucoup plus en colère envers la France que l’Angleterre.
    Placez-vous dans le contexte de l’époque. La France n’envoit plus de troupes, la Nouvelle-France n’a plus les moyens d’être défendue. Que faites-vous à la place des Britanniques? Soyez honnête… Vous auriez fait la même chose! J’en rajoute. Montcalm, un commandant Français très décoré mais très prétentieux. Il n’écoute pas l’avis de ses officiers Canadiens et ça lui coûte non seulement la défaite mais la vie. Encore une fois, c’est la France qui se fout éperduemment de la Nouvelle-France. Presqu’en arrivant en 1756, Montalm écrit qu’il aimerait mieux « perdre une bataille que de la gagner avec l’aide des Canadiens ». Et après, on s’ennuie de la France…
    Je vous entends déjà, les « détesteux d’Anglais » : « Ils ont brûlé des villages! Ils ont déporté les Acadiens!, etc, etc. » Eh! Oui! Ils l’ont fait… Ce n’est pas très gentil mais… J’ai un petit secret historique à vous avouer : les Français étaient pareils!
    Brûler des villages était une façon de gagner la guerre à cette époque (et à bien d’autres). Les officiers ne le font pas de bonté de cœur. Le général Murray écrit dans son rapport au Ministre: « Je suis obligé de brûler la plus grande partie des maisons de ce peuple malheureux. Je prie Dieu que cet acte de rigueur soit le seul que j’aie à faire; car cette partie de mes desseins me révolte. »
    La France ne répugnait pas à l’idée de la Déportation: dans son projet avorté de la conquête du New York en 1689, la France prévoyait déporter une partie des colons; de même en 1746 et en 1751 des officiers français avaient reçu l’ordre de déporter les Acadiens qui refuseraient d’embrasser la cause française. Il est vrai qu’aucune déportation ne fut exécutée, mais ces directives de la France à ses représentants illustrent bien la mentalité du temps.
    Si quelqu’un abandonne sa maison et que quelqu’un d’autre y emménage, peut-on vraiment parler d’une conquête?
    Fin de la leçon d’Histoire.
    Revenons aux commémorations.

    Je suis parfaitement d’accord de ne pas célébrer mais bien commémorer. L’humour n’a pas sa place, ni la fête. Il faut plutôt se concentrer sur cette bataille et l’analyser d’un point de vue stratégique et historique.

    J’ai rencontré un groupe de reconstitution qui reprenait le rôle de soldats allemands de la seconde guerre mondiale (ici au Québec) et je leur ai demandé : « Pourquoi faites-vous ça, les gens doivent vous détester! » La réponse : « L’armée allemande était la plus puissante de son époque. Nous voulons illustré comment nos grand-parents ont eu à affronter des soldats mieux entraîné qu’eux même. C’est tout à leur honneur d’avoir combattu les plus forts. »

    L’armée britannique du XVIIIe siècle était, elle aussi, la plus puissante de son époque. Il n’y a pas de honte à s’être battu contre les plus forts. C’est le jeu des colonies et des Empires.

    Pour une province dont la devise est « Je me souviens », on a une mémoire bien sélective…

    Eric Michaud
    Reconstituteur

  20. Jyrki dit :

    Si cet événement amuse certaines personnes, tant mieux.

    Moi je trouve ca insignifiant au possible. Et je trouve Falardeau tout aussi insignifiant d’accorder de l’importance à quelque chose d’aussi insignifiant.

    Je connais très, très bien mon histoire québecoise/canadienne : à partir de cette situation de fait, aller voir cette reconstitution m’intéresse autant que d’assister à un Grandeur Nature (sans y participer), que d’être présent à une démonstration Tupperware ou d’assister à la pollenisation LIVE d’une Trille Grandiflore.

    Le tout, dis avec respect pour M. Michaud.

  21. Justement c’est ça qui est inacceptable de la part de Falardeau, parce que lui n’aime pas ça, il veux l’empêcher. Il abuse de sa liberté au détriment des autres

    Je ne serait pas surpris qu’un jour il soit à l’origine d’un acte terroriste.

    Et voici un extrait du blog d’Alexis St-Gelais, http://amonhumbleavis.wordpress.com/2009/02/01/cette-defaite-qui-nest-pas-la-notre/
    Ce que je comprends de tout ceci, c’est que la reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham n’est pas la reconstitution d’une défaite de mon peuple, mais bien d’une défaite du peuple français. C’est ce même peuple qui, au lendemain de la fin de la guerre de Sept ans, s’en est retourné guilleret dans l’hexagone avec tous les notables et instruits de la Nouvelle-France, laissant les pauvres colons attachés à leur terre et à leur misère derrière eux avec quelques membres du clergé pour seuls guides.

    Et voici un lien vers Antagoniste.net, qui souligne le fait qu’en 1999, il y avait eu exactement le même genre de reconstitution et personne n’en avait parlé…
    http://www.antagoniste.net/?p=4951

  22. Eric Michaud dit :

    Je respecte l’opinion de Jyrki, moi aussi il y a des trucs qui ne m’amusent pas et qui ne m’intéresse pas. J’aime pas la lutte amateure… j’y vais pas, c’est tout! Je le remercie de son respect, c’est très apprécié dans cette vague émotive et débordante qu’est ce « débat » Mais je n’empêche pas les autres d’y aller (M. Falardeau…..)!

    Et je suis encore plus d’accord avec cette phrase: C’est ce même peuple qui, au lendemain de la fin de la guerre de Sept ans, s’en est retourné guilleret dans l’hexagone avec tous les notables et instruits de la Nouvelle-France, laissant les pauvres colons attachés à leur terre et à leur misère derrière eux avec quelques membres du clergé pour seuls guides.

    Je n’en veux pas à la France, ni à l’Angleterre… faut pas oubliez qu’on a été une colonie et que les colonies, c’est comme des joueurs de hockey, ça s’échange… C’est une grosse game de Risk pour les Empires.

    Ceci étant dit, la suite de cet événement a fait de nous, Québécois, un peuple avec une identité propre à nous. Notre Indépendance, c’est notre caractère, notre culture, notre débrouillardise! Et notre langue (que les Français comprennent encore moins que nos Anglais!).

    Le problème dans cette histoire de commémoration, c’est les extrémistes (d’un côté comme de l’autre). On peux-tu juste regarder notre Histoire (et d’abord la connaître vraiment) et arrêter de s’apitoyer sur un événement « que si qu’on arait gagné… On sarait libre! » Pas sûr…

  23. On apprend ici:
    http://droitemonde.blogspot.com/2009/02/la-gauche-appuye-la-commomeration-de-la.html

    que le Bloc à appuyé la commémoration du 250e de la déportation des Acadiens en 2005. Pourtant, ils disent qu’aucun peuple ne commémore leur défaite…. Sans oublier qu’il n’ont pas dit un mot en 1999 quand il y a eu la commémoration du 240e de la bataille des plaines d’Abraham….

  24. lo dit :

    c dla criss de merde

  25. Christian Rioux dit :

    @lo
    Bravo pour l’argumentation. Très édifiant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :