Manipulations

hamas-woman
La Hamas semble être passé maitre à manipuler les « idiots utiles » (voir ancien billet sur le sujet)du monde entier. Comment? en sacrifiant la population Palestinienne, en utilisant des femmes et enfants comme boucliers humains, en plaçant des caches d’armes dans des écoles et hôpitaux et s’en servant de base pour lancer des roquettes, en sachant que ces positions seront ensuite attaquées, et qu’il y aura plein de victimes « innocentes ». Je ne dit pas que les Palestiniens devrait abandonner l’idée d’état Palestinien, ni qu’Israël est sans fautes, mais il y a des limites à vouloir manipuler l’opinion publique en sacrifiant des humains.
hamas-kid

Voici un extrait d’un journal Arabe:

L’industrie de la mort” est rentable
Le 7 janvier 2009 par Christophe | Actualités, Monde
Par Khaled Asmar, de MédiArabe.info

En février 2008, un responsable du Hamas, Fathi Hammad, saluait en direct à la télévision les “acteurs au sein du Hamas et de la population palestinienne qui ont réussi à transformer la mort en véritable industrie”. Aujourd’hui, il doit se réjouir de la rentabilité de celle-ci.

Pour Fathi Hammad, « les Israéliens ne savent pas que le peuple palestinien a progressé dans ses recherches sur la mort. Il a développé une industrie de la mort qu’affectionnent toutes nos femmes, tous nos enfants, tous nos vieillards et tous nos combattants. Ainsi, nous avons formé un bouclier humain grâce aux femmes et aux enfants pour dire à l’ennemi sioniste que nous tenons à la mort autant qu’il tienne à la vie ».

Moins d’un an après ces propos, Fathi Hammad devrait être ravi du carnage commis à Gaza hier. Il doit jubiler en constatant que son industrie de la mort est très rentable. En ces temps de crise, le Hamas booste l’industrie de la mort comme l’avaient fait ses aînés du Hezbollah au Liban à plusieurs reprises déjà (Qana 1996 et Qana 2006). Le Hamas tire en effet des obus depuis des écoles servant à la fois de refuge et d’entrepôt de munitions, voire même de centres d’entraînement et d’endoctrinement pour jeunes enfants (voir vidéos ici, ndlr). Le Hamas et le Hezbollah sont en effet deux mouvements idéologiques qui usent des mêmes méthodes et du même discours.

La riposte israélienne est ainsi sciemment provoquée, et ne pouvait que produire ces carnages utilisés par le Hamas pour sensibiliser l’opinion et retourner la situation en sa faveur. Plus ce genre de scènes se reproduit, plus des émissaires occidentaux effectuent le pèlerinage au Caire et à Damas, et plus le Hamas fait monter les enchères. Une véritable industrie de la mort, avec service commercial et service après vente !! Sans doute aussi, le Hamas devrait penser à investir dans les Pompes funèbres pour assurer une présence dans toutes les étapes du processus. D’ores et déjà, il verse des allocations à la procréation et encourage la polygamie, dans l’objectif de doper la démographie et l’industrie de la mort en bout de chaîne…

« Radio-Orient », qui est pourtant arabe, musulmane et pro-palestinienne, et qui multiplie les appels aux dons au profit des Palestiniens, ne manque pas de souligner ce matin qu’au moins une des écoles de l’UNRWA bombardées hier à Gaza contenait un stock d’armes et de munitions. Leur explosion a provoqué la catastrophe.

Après ce qui précède, il devient légitime de s’interroger sur les capacités mentales et de discernement de certains « penseurs et intellectuels » qui osent encore défendre le Hamas ou le Hezbollah en Occident. En particulier, ceux qui continuent de dire que le Hamas et le Hezbollah sont différents, qu’ils sont idéologiquement, politiquement et religieusement divergeant, suscitent la plus grande pitié. Invité d’une radio française internationale, en novembre 2006, le chercheur libanais Antoine Sfeïr s’était littéralement révolté pour démentir l’existence de la moindre coopération entre le Hezbollah et le Hamas, expliquant aux auditeurs que « l’un est libanais et chiite, et l’autre est palestinien et sunnite et que de ce fait, tout les oppose ». Il avait oublié de mentionner que les deux mouvements sont armés, financés et manipulés par les mêmes, et que la salle d’opération et de commandement se trouve ainsi, pour les deux, à Damas (et à Téhéran, ndlr).

En définitive, il est facile de conclure que « plus ça meurt à Gaza ou au Liban, mieux ça vit en Syrie et en Iran ». Autrement dit, plus l’industrie de la mort est développée et florissante par le Hamas ou le Hezbollah, plus le capital du maître d’œuvre et du maître d’ouvrage (Syrie et Iran) monte.

Et voici des exemples plus que clair, trouvés via http://www.antagoniste.net :

Et c’est sans compter que certains « massacres » sont des plateaux de tournages dignes d’Hollywood (Pallywood) et sont inventés de toutes pièces (voir ce billet sur antagoniste.net : http://www.antagoniste.net/?p=4813 )
Rien ne peut être plus clair que le « mort » d’un cortège tombe et se relève pour se recoucher sur la civière!

Voici un des vidéos palestiniens « Fake » qui avait paru a CNN. Ils l’ont par la suite retiré de leur site web, mais il n’ont pas admis en ondes avoir diffusé un vidéo au sources douteuses.

Source

6 commentaires pour Manipulations

  1. Jean-Olivier Racine dit :

    Je suis loin d’être un défenseur du Hamas ou du Hezbollah. mais les deux vidéos

    – celle de Fathi Hammad, auquel on a enlevé tout contexte, et principalement la suite, où il serait probablement arriver à une conclusion vu la tournure des phrases, conclusion auquel on a pas droit car on préfère souligner l’introduction

    – celle où des Palestinien utilisent supposément des enfants comme bouclier humain alors qu’on voit clairement que le premier enfant est en fait plus probablement simplement rabroué, tandis que le deuxième est uniquement déplacé potentiellement pour le mettre en sureté.

    Il est plus que probable que le Hamas utilisent des enfants comme boucliers humains dans cette guerre injuste et ignoble. Mais ces vidéos sont une fraude intellectuelle ridicule. Et vos conclusions sont complètement biaisées, comme vos arguments, par un parti pris clair envers Israel.

    C’est dommage, car le fait que le Hammas fait de la manipulation des médias en piègeant des écoles, etc. est une question qui demande d’être étudiée, mais certainement avec des méthodes moins manipulatrices de votre part….

  2. lutopium dit :

    Je rejette toute propagande, qu’elle soit planifiée par Israel ou improvisée par les éléments fondamentalistes de la bande de Gaza. Pauvers peuples israeliens et palestiniens. Le brainwash total.

  3. Christian Rioux dit :

    Pour certains gauchistes, tout ce qui accuse les Palestinens, c’est de la propagande, et tout ce qui défend les Palestiniens se sont des faits. Je ne suis pas un « pro-israélien », je suis contre ceux qui manipulent l’opinion publique de façon aussi épouvantable. J’essaye de faire balance a tout ce mouvement pro-palestinien au Québec.

    Je me suis posé la question moi aussi pour le vidéo avec les enfants, il peut être interprété dans les deux sens. Mais avez-vous regardé les autres? Le vidéo ou on voit le « mort » marcher et se recoucher sur le drapeau des martyrs, vous n’en parlez pas? Comme vous ne mentionniez que celui-la, sans mentionner les autres, j’ai enlevé le vidéo.

    Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est que chaque côté tente de ramasser le plus d’avantages (territoire, capital de sympathie ou démolir la capacité de combattre de l’autre) jusqu’au prochain cessez-le-feu. Un cessez-le feu ne règlera rien, ça ne fait que retarder l’inévitable. Les gens ne négocient vraiment que s’ils sont acculés au pied du mur. Tant que l’un des deux n’en sera pas arrivé l’a, il y aura toujours la guerre.

    Que serait-il arrivé s’il y avait eu un cessez-le-feu de négocié lors du débarquement de Normandie?

  4. Au moins un Cessez-le feu a été signé, jusqu’à la prochaine fois….

    Au moins, les civils de chaque côté auront enfin une période de répit.

  5. Les crimes de guerre ne sont pas seulement du côté d’Israel, comme le laissent croire les gauchistes:

    Hamas, cas d’école des ’crimes de guerre’

    Haviv Rettig Gur | The Jerusalem Post

    vendredi 16 janvier 2009
    Les tactiques de combat et l’idéologie du Hamas sont, « par excellence, un cas d’école » de violations systématiques du droit international humanitaire, selon un expert de premier plan du droit international qui a pu se rendre dans la région de la périphérie de Gaza ce mardi. Il n’y a « presqu’aucun exemple comparable » où que ce soit dans le monde d’aujourd’hui d’un groupe qui viole aussi systématiquement les accords internationaux liés aux conflits armés, a déclaré Irwin Cotler – ancien Ministre de la Justice du Canada, membre du parlement de ce pays et professeur de droit à l’Université McGill de Montreal – au Jerusalem Post ce mardi.

    Le Hamas commet au moins 6 violations du droit international, souligne Cotler.

    « Premièrement, le fait de viser délibérément des civils est en soi et par soi un crime de guerre, » note-il, en référence aux roquettes que le Hamas tire sur les villes méridionales d’Israel depuis huit ans.

    « Un deuxième crime [est commis] quand le Hamas attaque [depuis] des zones civiles et des infrastructures civiles, que ce soit un building à appartement, une mosquée ou un hôpital, dans le but de se rendre immun aux réponses d’Israel, » continue-t-il. « Les civils sont des personnes protégées, et les zones civiles sont des zones protégées. Tout usage d’infrastructure civile aux fins de lancer des bombes est en soi un crime de guerre. »

    Que le Hamas porte la responsabilité légale des dommages causés aux civils dans les zones à partir desquelles il tire [des roquettes ou des obus de mortier] est inscrit en lettre d’or dans toute la littérature du droit international, affirme-t-il : « Dans les principes généraux du droit coutumier qui s’impose aux Nations, dans le droit international spécifique aux conflits armés [aussi appellé] droit humanitaire international, dans la quatrième convention de Genève, dans les décisions de la Court Internationale de Justice et le Tribunal Pénal International pour l’ancienne république de Yougoslavie et le Rwanda – Tout y est mentionné. »

    Troisiémement, explique-t-il, « l’usage impropre et le détournement des symboles humanitaires aux fins de lancer des attaques tombent sous le coup de la qualification de « perfidie ». Par exemple, utiliser une ambulance pour transporter des combattants ou des armes ou un combattant qui se déguise en docteur dans un hôpital, ou qui utilise un logo ou un drapeau de l’ONU, tout cela ce sont des crimes de guerre. » [**]

    La quatrième violation, « dont il a été fait peu de cas, est la prohibition dans la quatrième convention de Genève et la jurisprudence internationale de l’incitation directe et publique au Génocide. La Charte du Hamas elle-même est une incitation permanente au génocide. [De la même manière,] juste avant que ces affrontements ne commencent, j’ai vu des leaders du Hamas à la télévision parlant d’Israel et des Juifs comme étant des fils de singes et de porcs. »

    Le cinquième crime est lié à l’ampleur des attaques contre les civils, qui hisse cette [première] violation au statut de crime contre l’humanité. Selon Cotler, « quand vous bombardez délibéremment des civils non pas occasionnellement mais dans des attaques systématiques et à grande échelle, cela est défini comme crime contre l’humanité dans les traités du Tribunal Pénal International et du droit international humanitaire. »

    Le dernier crime dont le Hamas est responsable est le recrutement des enfants dans un conflit armé.

    « Le Hamas est un cas d’école dans chacun de ces 6 catégories de crime de guerre, » affirme Cotler. Malheureusement, la communauté internationale « continue de minimiser la manière par laquelle le Hamas s’est engagé dans une politique de violation massive du droit international humanitaire. »

    Cotler affirme qu’il est particulièrement important de mettre en évidence les violations du Hamas en ceci que cela ferait porter tout le poids des responsabilités de la tragédie civile à Gaza sur le vrai responsable.

    « Les conséquences [du combat] sont tragiques en termes huamins, » affirme-t-il. « Clairement ce qui arrive à Gaza est une tragédie. Mais il faut qu’il y ait une clareté morale et légale en ce qui concerne les responsabilités. Quand Israel réplique et que des civils sont tués parce que Israel vise une zone depuis laquelle des roquettes sont lancées, alors c’est le Hamas qui porte la responsabilité des morts, et pas Israel, selon le droit international. »

    [**] Notes

    Le droit des conflits armés n’interdit pas la ruse mais interdit la perfidie.

    Il est licite de chercher à induire l’ennemi en erreur, par exemple en utilisant des leurres qu’il attaquera inutilement ou en cherchant à lui faire croire à une offensive ailleurs et à un autre moment que celui auquel elle aura vraiment lieu.

    Le fait que des membres de l’armée allemande aient revêtu des uniformes alliés pour donner aux convois de fausses indications (afin de permettre la fuite du reste de leur détachement) – manoeuvre qui n’avait pas entraîné mort d’homme et n’avait pas non plus pour but de le faire – n’a été considéré que comme ruse de guerre, au même titre que les leurres placés par les Alliés autour de Douvres (plusieurs milliers de chars) pour persuader Hitler de l’imminence d’un débarquement dans le Pas-de-Calais ou que le bombardement d’Abbeville effectué pour faire croire à ce scénario.

    La ruse de guerre n’est pas toujours crime de guerre.

    Dans quel cas une ruse de guerre est-elle un crime de guerre ?

    Par exemple tirer sur un parachutiste autre que d’une troupe aéroportée, ou attaquer l’ennemi alors qu’on est venu se présenter à lui avec un drapeau blanc – ou qu’il se présente lui-même avec un drapeau blanc – est un crime de guerre.

    Utiliser le droit humanitaire pour faire la guerre est un crime de guerre.

    S’abriter faussement derrière des emblèmes de neutralité comme l’ONU constitue un crime de guerre.

    S’abriter faussement derrière le droit des conflits armés est qualifié de « perfidie » et constitue un crime de guerre.

    Par exemple faire croire à une reddition pour attaquer ensuite ou abriter des combattants derrière l’emblème de la croix-rouge sont des perfidies.

    [extrait article « crime de guerre » sur Wikipedia]

  6. Tym Machine dit :

    Il reste qu’au niveau des morts, ça regarde mal du côté israélien, 1300 palestiniens pour 13 israéliens dont 3 morts par les « tirs amis » je crois.

    Mais comme disait le Hamas, nous désirons la mort autant que vou désirez la vie.

    …Ils ne croyaient pas si bien dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :