Émeutes à Montréal


(Photo Paul Chiasson, La presse Canadienne)

Cette manifestation était organisée par la CLASSE, pas de surprise donc que ça se fasse sur un fond d’affrontement et de violence.

Par contre, comme c’est le cas de plus en plus, les étudiants ne sont pas seuls. La CSN, Greenpeace, écologistes, indépendantistes, communistes, anarchistes, Black Bloc et jeunes frustrés ont dès le début de la manifestation commencé à faire de la casse. Dès que la casse à commencé les policiers ont été obligés d’intervenir et ont déclaré la manifestation illégale. Quand les policers en arrivent là, ça veut dire que tu dois dégager. Si tu restes tu t’exposes à être repoussé ou même arrêté. Quand les manifestations sont pacifiques, les policiers n’internviennet pas.

Bien sûr notre nouveau Lénine national, Gabriel Nadeau-Dubois dit que c’est le policiers qui ont commencé et attaqué les manifestants pacifiques. Mais faut cesser de nous prendre pour des cons. Ca se passait en direct a LCN, on a très bien vu les manifestants vandaliser les commerces, défoncer des vitrines, ramasser des gros morceaux d’asphalte et de béton et les lancer aux policiers, dont certains ont aussi été blessés. C’est ensuite que les policiers ont intervenus.

Il va falloir qu’il assume, au lieu de toujours mettre la faute sur le dos des autres. Selon lui, si la manifestation dégénère c’est à cause des policiers, si les étudiants sont violents c’est à cause du gouvernement. NON mon petit révolutionnaire en culotte-courtes, s’il y a des manifestations violentes c’est la faute de la CLASSE, qui ne collabore pas avec les policers en donnant pas son parcours, qui accepte de se joindre à des groupes extrémistes et surtout ne condamne pas la violence. Même hier en entrevue, il a dit que ça a dépassé les bornes parce que des citoyens ont été blessées, mais la violence envers les policiers et le vandalisme, il n’a pas voulu condamner. Qui ne dit mot consent. La violence fait partie de la stratégie de la CLASSE.
Source: http://tvanouvelles.ca/video/1573987096001/2e-debat-entre-gabriel-nadeau-dubois-et-christian/

493413-manifestation-deroulait-sous-theme-non
(Photo Alain Roberge, La Presse)

Cette stratégie, c’est de faire une révolution, tenter de renverser le capitalisme et le gouvernement non pas par la démocratie, mais par la violence. La hausse des droits de scolarité n’est qu’une excuse. Depuis le début notre « Che » Nadeau-Dubois le dit à mots à peine couverts.

« Notre lutte dépasse celle des frais de scolarité, c’est une lutte de classes »

200,000 personnes ne descendent pas dans la rue seulement parce qu’elles refusent de payer 1625$ de plus. Le vrai sens de notre grève, c’est la poursuite de la désobéissance.. Nous avons planté la graine d’une révolte qui ne germera peut-être que dans plusieurs années.

« Que notre grève serve de tremplin à une contestation beaucoup plus large, beaucoup plus profonde, beaucoup plus, oui, radicale, de la direction que prend le Québec depuis les dernières années. »

Source:

On est en démocratie, si vous êtes pas content du gouvernement actuel et que vous voulez un état communiste, et bien votez pour Québec Solitaire ou pour le Parti Communiste du Québec à la prochaine élection. C’est comme ça que ça marche en démocratie. Vous verrez que la sympathie envers le communisme n’est pas si importante que vous le pensez.

Avec la façon de faire de ces groupes étudiants radicaux, les Islamistes envahiraient les rues pour exiger l’imposition de la shariah en menacant d’utiliser la violence et il faudrait leur donner. C’est pas comme ça que ça marche dans une société civilisée.

Si la FECQ et la FEUQ veulent avoir un minimum de crédibilité et d’appui de la population, ils doivent se discocier de la CLASSE et négocier avec la ministre sans ces extrémistes. Pourquoi ne le font-ils pas? Probablement parce qu’ils ont signé cette entente:

http://www.aessuqam.org/IMG/pdf/PositionsRNE.pdf

A la fin du document on peut y lire:

Solidarité étudiante
• Que l’AESS reconnaisse, avec les associations présentes au RNE, qu’une collaboration entre les
associations nationales permettrait d’augmenter significativement nos chances de bloquer la
hausse des frais de scolarité, mais qu’une telle collaboration n’est possible qu’à condition que
chacune de ces associations respectent les trois clauses suivantes :

1- La clause de solidarité : Que chacune des associations nationales refuse de négocier avec le
gouvernement si celui-ci exclut l’une d’entre elles.

2- La clause de non-recommandation : Que les associations étudiantes nationales s’engagent à
ne pas recommander une proposition du gouvernement à ses membres afin de laisser réellement
aux assemblées générales ou instances décisionnelles locales le dernier mot.

3- La clause de non-dénonciation : Que les associations étudiantes nationales s’engagent à ne
pas dénoncer dans les médias les actions entreprises par les autres organisations nationales et
associations locales.

Pour ce qui est de la farce de Jean Charest qui a tant scandalisé les médias gauchistes, moi je l’ai trouvé drôle. Il faut comprendre que ça a été dit au début de la manifestation, avant que ça dérape. Et s’il n’avait rien dit? Les leaders étudiants auraient dit qu’il les ignore. Et S’il les avait réprimandés? Ils auraient dit qu’il jetait de l’huile sur le feu. Dans les circonstances, c’était correct, sans plus.

Autre articles intéressants sur le sujet:

http://www.cyberpresse.ca/debats/editoriaux/andre-pratte/201204/20/01-4517480-ceder-a-la-casse.php

http://www.journaldequebec.com/2012/04/20/les-soviets-de-salon

http://voir.ca/brasse-camarade/2012/04/19/la-honte/

http://blogues.journaldemontreal.com/marcotte/droits-de-scolarite/quand-nos-elites-encouragent-la-casse/

http://www.journaldequebec.com/2012/04/20/un-echec-lamentable

http://blogues.journaldequebec.com/michelhebert/general/non/

About these ads

9 réponses à Émeutes à Montréal

  1. clauday dit :

    Quand le gouvernement va-t-il sortir les camions de pompiers pour nettoyer les rues? Dommage que la TV n’accorde très peu de temps aux étudientants qui désirent poursuivrent leurs cours!

  2. Maxim Bernard dit :

    Le plus malheureux, ce sont ceux qu’on arrête qui n’étaient pas des vandales, qui ne faisaient que manifester pacifiquement alors que la manifestation autour d’eux tournait au vinaigre.

    Je n’ai aucun problème à ce qu’on arrête les casseurs. Ils méritent la prison, rien de moins. Mais qu’on arrête des innocents ?

    Les policiers encerclent des groupes de manifestants et décident que tous, sans exception, sont des casseurs. C’est arrivé à une femme, mère d’un étudiant, qu’on a arrêtée (qui relatait en direct son arrestation sur Twitter à l’aide de son téléphone) et qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment.

    Mais ce geste est-il légal ? Arrêter quelqu’un sans lui poser de question, ce n’est pas de l’abus de pouvoir ? Il est où, le jugement, là-dedans ? Un minimum d’intelligence de la part des policiers aurait dû être requis.

    Pensaient-ils vraiment que tous ceux qu’ils ont encerclés étaient des criminels ? C’est totalement irréfléchi comme geste. Pour un policier, une arrestation n’est peut-être qu’une mesure préventive, mais pour un citoyen ordinaire, c’est un véritable traumatisme.

    Les policiers devraient être certains que lorsqu’ils procèdent à une arrestation, le prévenu est bel et bien un criminel. Quitte à laisser s’échapper quelques casseurs. Il faut à tout prix empêcher d’arrêter des innocents. Certains diront : «Oui mais la sécurité, là-dedans?», ce à quoi je réponds : des vitrines de commerce, si ça casse, ça se remplace. Ce n’est que du matériel.

    Ce genre de dérapage est arrivé lors des émeutes à Toronto l’an dernier. On arrêtaient des gens qu’on trouvait un peu trop suspects, qui ne faisaient que marcher dans la rue. Un chauffeur d’autobus qui se rendait au travail a même été arrêté. De plus, la plupart de ces arrestations se sont conclues sans accusation, signe qu’elles auraient pu être évitées.

    Assisteront-nous à un autre grand dérapage policier cette année ?

    • crioux dit :

      J’ai de la misère à dire qu’ils étaient tous inniocents. Quand la police déclare la manifestation illégale, tu dois dégager. Si tu restes tu sais qu’il peut y avoir des conséquences.

      Et ceux qui se clâment « innocents » à la télé ne le sont pas toujours. En direct, durant la manifestation de vendredi, un jeune se promenait avec une blessure, du moins il avait un peu de sang sur son chandail. Bien sûr, il se précipe vers les journalistes pour dire qu’il n’avait « rien fait » que les policers l’ont sauvagement agressé alors qu’il manifestait pacifiquement.

      Mais un peu plus tard, un autre reporter a dit qu’il avait vu précédemment ce jeune homme faire du vandalisme et bousculer les policiers. « Rien fait? »

      • Maxim Bernard dit :

        Ils ne sont pas tous innocents, certes, mais certains le sont. Voici le point d’un vue de Gaétan Gamache, un chercheur d’emploi qui attendait, hier, en face du Palais des Congrès :

        Ce que j’ai vu m’a tout simplement scandalisé. J’ai vu des policiers casqués et armés de matraque foncé sur tout ce qui bouge et ce sans aucun avertissement et discernement. J’étais avec un groupe d’adultes dont une bonne part devait avoir 50 ans et plus et les policiers ne se sont pas gêner pour nous lancer des bombes assourdissantes et pour foncer «dans le tas».

        Même quand on ne manifeste pas, on court des risques !

        (Source)

        Ce M. Gamanche doit se trouver chanceux de ne pas avoir été arrêté, ça aurait très bien pu arriver. Peut-être que son apparence (il n’avait pas l’air d’un étudiant) l’a sauvé.

        Je sais qu’il ne faut pas croire tout ce que les prétendues victimes diront. Mais de ces prétendues victimes, quelques unes sont de vrais victimes. Qui va croire que ce groupe de chercheurs d’emplois dans la cinquantaine avait quelque chose de violent ?

        Je le répète : je n’ai aucun problème à ce que les casseurs se fassent arrêter ou que les policiers soient un peu plus violents envers eux. Mais qu’on arrête à tout crin, là il y a un problème.

        Autre exemple : deux journalistes de La Presse qui ont été arrêtés la semaine dernière. J’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet : http://mbernard.ca/article.php?id=89
        N’allez pas me faire croire qu’on les a pris pour des étudiants ! Ils se sont clairement identifiés comme journalistes.

        Certes, dans la majorité des cas, ce sont de vrais criminels qui sont arrêtés, mais des fois, on peut se poser des questions sur le travail de la police.

      • crioux dit :

        Certains journalistes ne sont pas neutre et font tout ce qu’ils peuvent pour faire mal paraitre les policiers. Et même si certains sont arrêtés, ils sont ensuite relâchés.

        Une fois que la manifestation est déclarée illégale. tu DOIS quitter les lieux. si tu restes c’est a tes risques et périls.

  3. zarmagh dit :

    Une belle bande de futur livreur de pizza…

    • crioux dit :

      Le plus drôle, c’est que certains de ces scientifiques qui parlaient d’ère glacaire dans les années 70, sont aujourd’hui parmis ceux qui font peur au monde avec le réchauffement

  4. zarmagh dit :

    Si les médias nous ont saturés des manifestations des futurs « livreurs de pizza » ce n’est pas que leur cause soit juste ou qu’elle nous intéresse. C’est qu’elle est violente ! Sexe et violence, les deux mamelles des médias du QC.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 43 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :